Le jiu-jitsu, un sport sous-estimé

Charles Roy est toujours prêt à enseigner le jiu-jitsu aux adeptes.
(Photo : courtoisie)

 

Le jiu-jitsu pourrait prendre une place beaucoup plus importante dans les années à venir car c’est le sport de combat le plus spécialisé et complexe en termes de prises d’immobilisation, de soumission et de contrôle au sol. C’est du moins l’avis de l’instructeur en chef et copropriétaire de Jiu-Jitsu Saguenay, situé à Jonquière, Charles Roy.

« Je crois qu’un jour ça va être le sport principal pour tout ce qui touche le domaine d’amener au sol, soit technique de lutte et technique de projection. Dès qu’on ne parle pas de frappe, le jiu-jitsu brésilien est vraiment l’art martial qui est le plus dominant. »

Ouvert depuis l’automne dernier, le centre de Jiu-Jitsu Saguenay est totalement dédié à cet art martial, principalement pratiqué à même le sol. À l’inverse de la boxe, du kickboxing et du karaté, il ne s’agit nullement d’un sport de frappe. Il intègre tous les types de lutte, le judo et le sambo, qui est une technique de combat russe, fait part M. Roy, qui a adopté cet art typiquement brésilien il y a maintenant dix ans.

L’instructeur a toujours baigné dans ce milieu, ce qui fait la force de son enseignement. Il s’y adonne tous les jours, sans exception. Il se qualifie lui-même comme étant complètement accro. Tellement, qu’il y a quelques années, il a pris un appartement à Montréal avec trois personnes pratiquant le jiu-jitsu pour en faire littéralement leur lieu d’entraînement de prédilection. De nombreux tapis étaient positionnés un peu partout dans le logement, prêt à accueillir les combats à n’importe quel moment.

Un étudiant en kinésiologie à l’UQAC fréquentant régulièrement ce centre, Étienne Gaudreault-Fortin, n’a que de bons mots pour son instructeur. « Charles est très rigoureux dans l’étude du sport et il vulgarise très bien les informations. Ça fait en sorte qu’il se démarque vraiment des autres. On a envie d’apprendre avec lui ».

L’adepte ajoute que le jiu-jitsu est un excellent moyen d’améliorer ses capacités d’autodéfense et sa forme physique tout en étant dans un endroit où la bonne ambiance règne.

Le début de la pratique de ce sport survient souvent en raison d’un intérêt pour la MMA, qui regroupe l’ensemble des arts martiaux mixtes, la UFC, qui est le championnat ultime de combat et une passion pour les jeux vidéo de rôle puisque chaque personne développe son propre style.

Cependant, le copropriétaire du centre ne comprend pas pourquoi les gens ne sont pas plus attirés vers cet art martial : « J’ai de la difficulté à comprendre pourquoi quelqu’un ne serait pas passionné par le jiu-jitsu brésilien. Pour moi, c’est une évidence que si tu t’y mets, ça devient super intéressant. »

À propos de Cédric Bolduc

Cédric Bolduc est originaire d’une petite ville sur la Rive-Sud de Montréal du nom de Saint-Basile-le-Grand. Il a débuté son parcours au cégep en Intégration multimédia, à Longueuil, ce qui lui a permis d’acquérir plusieurs connaissances très utiles comme les bases de Photoshop et le codage. Cédric voit les choses en grand pour l’avenir. Il est prêt à aller plus loin dans son cheminement en apprenant toujours des nouvelles notions et en élargissant ses horizons. De ce fait, plus d’opportunités de toutes sortes s’offriront à lui. Aussi, c’est un passionné du sport. Le hockey, il en mange. Pratiquant ce sport sur la glace depuis déjà plusieurs années et regardant attentivement tous les matchs du CH en portant fièrement son chandail de Caufield, on pourrait le qualifier de fan fini. La musique est une autre de ses raisons de vivre. Il est toujours le premier sur les nouvelles tendances musicales et est très souvent le DJ dans les fêtes, ce dont il ne manque pas de se vanter. Il aime bien aussi glisser quelques petites blagues à travers ce qu’il dit pour détendre l’atmosphère, mais encore là c’est seulement un prétexte pour dire qu’il est très drôle.

À voir aussi

immobilier

Marquis de Jonquière : une histoire d’équipe

« C’est vraiment pas une question d’argent ou de publicité. Selon moi, c’est une question de …