Rio Tinto rencontre les Arvidiens 

Des représentants de Rio Tinto sont au Pavillon Mellon d’Arvida mercredi et jeudi afin de rencontrer les citoyens et de répondre à leurs questions sur plusieurs sujets, comme l’environnement, la qualité de l’air et leur santé.  

 Cet événement survient quelques jours après la publication d’un reportage de Radio-Canada concernant la pollution émise par l’usine d’Arvida. « Je pense que la réaction qu’on avait à fournir, on l’a fournie. Une chose est claire, c’est qu’au niveau environnemental, on respecte toutes les normes du gouvernement du Québec et du Canada », mentionne la conseillère aux relations médias pour Rio Tinto, Malika Cherry, sur le sujet. 

 Des intervenants de l’entreprise en approvisionnement, en développement économique régional, en opération de l’usine, en recherche et développement et des chargés de projet sont notamment sur place. « Ce qu’on voulait faire avec ces deux journées d’échange avec la communauté, c’est vraiment d’offrir un accès direct aux experts et aux gens de Rio Tinto aux résidents d’Arvida. Le but, c’est vraiment de venir poser leurs questions, on va les écouter, on va échanger dans un cadre qui est informel pour vraiment être propice à la discussion », explique Mme Cherry.  

 Les citoyens interrogés qui se sont présentés mercredi avaient tous un point en commun : l’inquiétude par rapport à l’environnement et à leur santé. « Tout d’un coup, ils se rendent compte que les gens se mobilisent et trouvent que ça n’a pas de bon sens qu’on pollue notre air et ça donne le cancer aux gens. C’est indéniable qu’il faut dénoncer ça », mentionne Claude Côté, qui est allé à la rencontre en tant que citoyen, mais qui est aussi chef du parti Unissons Saguenay et qui s’était présenté à la mairie de Saguenay aux dernières élections municipales.  

 Selon un autre Arvidien, Robert Labine, il y a encore beaucoup de travail à faire, mais les efforts de la multinationale sont appréciés. En sortant du Pavillon Mellon, M. Labine explique que la rencontre a correspondu à ses attentes. « Je me sens rassuré quand même, ils savent ce qu’ils ont à faire. » 

 L’implication de Rio Tinto dans les problématiques comme la qualité de l’air à Arvida laissait la citoyenne Céline Desbiens perplexe. « Oui, ça faisait partie de mes inquiétudes, puis, selon les statistiques qu’ils m’ont présentées, on serait quand même dans les meilleures villes par rapport à l’environnement, alors ça m’a rassurée un peu », explique-t-elle.  

À propos de Noé Millette-Lamoureux

Avatar photo
C’est dans le but de devenir journaliste sportif que Noé Millette-Lamoureux a quitté sa ville d’origine. Passionné de hockey depuis son tout jeune âge, le Farnhamien est pour son entourage une référence lorsqu’il vient le temps d’en savoir un peu plus sur ce sport. Depuis qu’il est descripteur officiel des Élites de Jonquière, Noé s’est découvert un intérêt pour la description de matchs. Pouvoir commenter les parties de la Ligue nationale de hockey serait pour lui son emploi de rêve. Noé passe beaucoup de son temps libre au bord de l’eau muni de sa fidèle canne à pêche. Ses connaissances dans le domaine de la pêche à la mouche ont d’ailleurs été remarquées par l’équipe de la Rivière-à-Mars qui lui a offert un poste au sein de son organisation. Ayant toujours eu une personnalité curieuse et un intérêt pour l’écriture, la presse écrite est un milieu dans lequel il excelle particulièrement. Peu importe le sujet, Noé saura manier sa plume de manière à rendre le tout vivant et pertinent pour ses lecteurs.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …