Jeux Olympiques spéciaux : plus qu’une compétition, une cause !

 

Danielle Godin travaille sur cet événement depuis janvier 2022. Photo : Noé Millette-Lamoureux

La Ville de Saguenay compte utiliser la visibilité offerte par la tenue des Jeux Olympique spéciaux en mars 2023 afin d’enrichir, par le sport, la vie de personnes présentant une déficience intellectuelle. 

« On veut éduquer les gens, démocratiser cette clientèle-là, faire en sorte qu’ils soient plus inclus dans la société. C’est une mission qu’on a », mentionne le président du conseil d’administration des Jeux Olympiques spéciaux de Saguenay, Frédéric Côté-Laflamme. 

Pour la première fois de l’histoire de ces Jeux, la ville hôtesse se situe en région, loin des grands centres. L’organisation ne compte pas pour autant en faire une édition ordinaire. « Au Saguenay, nous sommes réputés pour être accueillants. On a une mission de faire en sorte que les gens se souviennent de leur visite. Puisque c’est la première fois que les Jeux sortent des grands centres, on ne veut pas faire petite région. On veut mettre l’accent sur les athlètes et faire en sorte qu’il y ait un beau crémage autour. En partant par les repas, l’expérience de logement des athlètes, on veut créer un environnement qui va être marquant autant que possible », ajoute M. Côté-Laflamme. 

Hockey, curling, course de raquette, ski alpin, patinage artistique, patinage de vitesse et ski de fond sont les sept disciplines qui seront à l’honneur du 2 au 5 mars 2023. De plus une cérémonie d’ouverture, une cérémonie de fermeture et une clinique athlètes en santé seront à l’horaire. Dès leur arrivée, les 500 athlètes subiront plusieurs tests de santé globale : dentisterie, optométrie, physiothérapie et podiatrie. La directrice générale des Jeux, Danielle Godin, explique que cette clinique est très importante et qu’elle fait partie de la mission de l’événement. 

Un grand nombre de bénévoles sera nécessaire pour la réussite de cette compétition. Un total de 300, c’est l’objectif ciblé par le conseil d’administration. Ce nombre n’inquiète pas du tout le président de ce conseil. « On a une force de frappe dans la région, c’est le recrutement de bénévoles. Les gens sont très dédiés, ça participe, il y a une solidarité, une communauté de bénévoles qui est assez importante », mentionne-t-il.   

Même si l’événement est une première en ville, les organisateurs se sentent à l’aise de piger dans le passé afin de trouver de l’expérience. « On a recruté dans nos comités organisateurs un bon nombre de bénévoles qui étaient présents lors des Jeux du Québec présentés à Saguenay en 2013 », explique le président du conseil d’administration. 

À propos de Noé Millette-Lamoureux

Avatar photo
C’est dans le but de devenir journaliste sportif que Noé Millette-Lamoureux a quitté sa ville d’origine. Passionné de hockey depuis son tout jeune âge, le Farnhamien est pour son entourage une référence lorsqu’il vient le temps d’en savoir un peu plus sur ce sport. Depuis qu’il est descripteur officiel des Élites de Jonquière, Noé s’est découvert un intérêt pour la description de matchs. Pouvoir commenter les parties de la Ligue nationale de hockey serait pour lui son emploi de rêve. Noé passe beaucoup de son temps libre au bord de l’eau muni de sa fidèle canne à pêche. Ses connaissances dans le domaine de la pêche à la mouche ont d’ailleurs été remarquées par l’équipe de la Rivière-à-Mars qui lui a offert un poste au sein de son organisation. Ayant toujours eu une personnalité curieuse et un intérêt pour l’écriture, la presse écrite est un milieu dans lequel il excelle particulièrement. Peu importe le sujet, Noé saura manier sa plume de manière à rendre le tout vivant et pertinent pour ses lecteurs.

À voir aussi

Fin de semaine de prévention pour les motoneigistes

  Luc Tardif du SPS accompagné de la sergente  Nathalie Girard de la SQ. (Photos …