dimanche , 17 janvier 2021

Curlig et bowling | Pas seulement des sports de «vieux»

Le bowling et le curling sont très souvent considérés comme des «sports de vieux» et rarement pratiqués par les jeunes de moins de 20 ans. Anne-Marie Renaud et Raphael Patry sont deux jeunes qui font exception à la règle.

Au moment de choisir un sport qu’ils pratiqueront durant la majeure partie de leur vie, les enfants se tournent généralement vers le hockey, le soccer et le patinage artistique. Cependant, certains jeunes prennent un chemin différent et décident de pratiquer des activités qui restent dans l’ombre. Le curling et le bowling en sont des exemples parfaits.

Anne-Marie Renaud, championne provinciale de quilles dans la catégorie des 15 à 17 ans, pratique ce sport depuis qu’elle a sept ans et a reçu sa première boule à trois ans. Avec une famille impliquée dans le bowling dès sa naissance, il était facile pour la jeune native de l’Ascension-de- Notre-Seigneur de tomber en amour avec le sport. «Mon grand-père paternel a construit le salon de notre village, confie Anne-Marie. Toute ma famille joue aux quilles, je suis née dans le sport.»

«J’ai essayé le soccer, le cheerleading, mais je me sentais mieux au curling. C’est un sport individuel et c’est juste ma performance qui compte», explique-t-elle. Lorsque la jeune
fille dit aux gens qu’elle a 18 ans et qu’elle joue au curling, ils restent surpris. «Ils me disent que ce n’est pas un vrai sport, c’est un sport de vieux, que je devrais faire un autre sport.»

Une passion transmise en famille

Le curling est aussi un sport oublié par les jeunes. Raphael Patry, champion de curling aux Jeux du Québec 2017 à Alma, a trouvé, grâce au curling, une passion et un sport qui vient le rejoindre. «J’ai commencé à jouer à 9 ans. Mon petit cousin et mon frère en faisaient et j’ai décidé de les suivre. J’avais essayé plusieurs sports, mais ça ne cliquait pas. Un soir je suis allé tester le curling et j’ai tout de suite adoré ça», explique-t-il.

«Les gens ne me jugent plus maintenant, ils m’encouragent», a terminé le Saguenéen en mentionnant que le curling était un sport respectueux.

À propos de William Tremblay

Passionné de sport depuis qu’il est né, William Tremblay a toujours voulu travailler dans le domaine des médias. Âgé de 19 ans, William n’a jamais fait douter son entourage quant à ses choix de carrière. Le Cégep de Jonquière était donc la place de prédilection pour ce jeune homme. Originaire de Varennes, William a plongé dans l’aventure jonquiéroise comme les Oréos plongent dans un verre de lait. Avec une mère qui a étudié elle aussi en ATM et qui travaille au Réseau Des Sports (RDS), il était évident que son choix s’arrêterait sur les sports et les médias. Fan des Canadiens et de l’Impact de Montréal, Willi Sport fait honneur à ce surnom. « Grand » joueur de hockey et de soccer, William ne rate jamais une occasion de parler sport et c’est pour ces raisons que son but est d’un jour se retrouver devant une caméra de RDS. Il adore aussi jouer des parties de NHL 17 avec ses amis mettant en vedette les équipes les plus loufoques. William repartira du royaume saguenéen avec des souvenirs mémorables vécus lors de ses trois années et des rencontres inoubliables.

À voir aussi

Pêche blanche : vers une année record

La pêche blanche, qui était en déclin de popularité depuis quelques années au Saguenay-Lac-Saint-Jean, retrouve …