dimanche , 15 septembre 2019
Accueil / Actualités / Protection de l’environnement | Jean Baril invite les citoyens à s’exprimer
Protection de l'environnement

Jean Baril invite les citoyens à s'exprimer

Le vice-président du Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE), Jean Baril, a livré de précieux conseils pour mieux agir face à des situations qui menacent les milieux de la vie, mardi soir, devant une salle de classe remplie à pleine capacité à l’Université du Québec à Chicoutimi.

«Je suis profondément convaincu que si le droit est mis au service des citoyens, il peut être un outil fondamental pour réorienter nos modes de développement», a lancé M. Baril en entrée de jeu.

Celui qui est également professeur de droit à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) a d’abord expliqué que plusieurs outils juridiques étaient à la disposition des citoyens, dont le droit d’accès à l’information. Le conférencier a confirmé aux gens présents qu’il était possible d’obtenir des renseignements concernant, par exemple, la présence d’un contaminant dans l’environnement.

«Toute personne ou municipalité a le droit d’obtenir du ministère du Développement durable des renseignements concernant la quantité, la qualité ou la concentration des contaminants rejetés par une source de contamination», a mentionné M. Baril.

Un changement positif

Jean Baril a tenu à préciser aux citoyens qu’ils avaient désormais leur mot à dire. Tout récemment, le ministre de l’Environnement a mis en place un registre accessible au public qui permet aux individus de demander des modifications aux lois actuelles. «On peut maintenant forcer le ministre à changer les lois et c’est une bonne chose», a-t-il lancé.

Le citoyen doit cependant être documenté et bien préparé afin de se faire entendre. Il devra, entre autres, fournir la nature, la quantité, la concentration et la localisation de tous les contaminants qui sont susceptibles d’être rejetés dans l’environnement. Toutes demandes n’incluant pas les renseignements et les documents déterminés par règlement ou ne satisfaisant pas aux conditions et modalités qui y sont prévues ne seront pas analysées.

En terminant, M. Baril a soigneusement pris le temps de discuter avec les gens présents avant d’annoncer qu’il poursuivra sa tournée à travers le Québec, mercredi prochain à Montréal.

À propos de Anthony Toupin

Grand amateur de sport depuis qu’il est tout jeune, Anthony étudie en Art et technologie des médias dans le but de devenir journaliste sportif. Natif de Champlain, un village situé tout près de Trois-Rivières, il a commencé à travailler dans le domaine des médias dès l’âge de 15 ans alors qu’il s’occupait des médias sociaux et du site web des Cataractes de Shawinigan. Cette expérience lui a ensuite donné la chance de devenir pigiste attitré à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi pour le Journal de Québec. Grâce à ce nouveau défi, il a eu la chance de couvrir plusieurs événements, dont des compétitions de curling et de cyclisme. Son plus grand rêve serait d'être journaliste sportif dans la Ligue nationale de hockey.

À voir aussi

Sylvain Gaudreault achète une peinture de Delasablo

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, poursuit sa tradition d’encourager les artistes de sa circonscription. …