dimanche , 15 septembre 2019
Accueil / Actualités / Aménagements forestiers : la population invitée à se faire entendre

Aménagements forestiers : la population invitée à se faire entendre

La responsable des communications régionales du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Catherine Thibeault, invite les citoyens à s’exprimer sur l’aménagement forestier prévu à Saguenay.

 

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a accueilli une dizaine de personnes, mercredi soir, pour entendre leurs préoccupations à propos de la planification potentielle de l’aménagement forestier sur le territoire de la Ville de Saguenay. 

L’objectif de la soirée était de recueillir l’opinion de la population sur les coupes d’arbres à venir. Parmi les citoyens qui se sont présentés, certains possèdent une érablière ou une résidence au sud de Lac-Kénogami. D’autres s’inquiètent simplement du changement de paysage. Des chasseurs remettent également en question certaines coupes, puisque cela pourrait jouer sur les performances lorsque vient le temps de pratiquer leur sport. «Le plan nous va bien, mais peut-on l’ajuster au temps de la chasse?», illustre la responsable des communications régionales du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Catherine Thibeault. 

Toujours selon Mme Thibeault, le reboisement de la forêt est très important, vu le nombre d’arbres se renouvelant par la photosynthèse. «Sur le territoire de la ville de Saguenay, on a actuellement environ 50 millions d’arbres. Parmi eux, 30 à 35 repousseront par eux-mêmes.»  

Le but des réaménagements forestiers est, quant à lui, de bien refaire pousser les arbres, que ce soit en remplaçant des feuillus ou des conifères. «Cette année, on a eu beaucoup de problèmes avec la tordeuse de bourgeons de l’épinette. Cela nous a amenés à faire des plans spéciaux pour le renouvellement des arbres.» 

L’épidémie qui a frappé les arbres au sud du Lac-Kénogami en est une qui revient environ tous les 30 ans. Cette dernière peut entraîner beaucoup de mortalités dans une forêt touchée.  

Des consultations du ministère ont lieu une à deux fois par année. Notons également qu’un événement semblable avait lieu lundi à Rivière-Péribonka. Les citoyens pourront également se faire entendre à Roberval et Saint-Félicien le 18 février prochain, et le mardi 19 février à Dolbeau-Mistassini.  

À propos de Jasmin Blanchette

Épuisé de se disputer au Collège de Lévis avec ses enseignants et amis à propos de la politique, le jeune Jasmin Blanchette vient chercher un asile de paix à Jonquière avec l'objectif d'en repartir journaliste. il ne s'est jamais gêné pour exprimer sa façon de penser à qui veut l'entendre (et même à ceux qui ne le veulent pas). Natif du joyeux village de Saint-Charles-de-Bellechasse, il possède un certain bagage professionnel à son actif, lui qui a travaillé comme journaliste et animateur à la station régionale Passion Fm lors des deux dernières périodes estivales. Passionné de sports et de politique, le jeune Blanchette caresse toujours le rêve de revoir ses Amours jouer un match de baseball sur l'île de Montréal, eux qui lui ont fait vivre sa première peine d'amour lors de leur départ en 2004. Si jamais vous le cherchez, vous pouvez être certains de l'entendre être arrogant envers ses adversaires sur un court de basketball ou sur un terrain de balle en été, ou bien encore sur la patinoire de son quartier en hiver.

À voir aussi

Sylvain Gaudreault achète une peinture de Delasablo

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, poursuit sa tradition d’encourager les artistes de sa circonscription. …