dimanche , 18 avril 2021

Engouement pour les vélos électriques

La boutique de vélos située à Jonquière, Cycles Amadeus, fête son 11e anniversaire cette année. (Photo : Cycles Amadeus)

La vente de vélos électriques est en constante augmentation depuis le début de la pandémie. Le peu d’activités permises par le gouvernement pourrait en être la cause, mais il faut aussi savoir qu’elle était déjà en hausse avant même la période pandémique. 

Selon le propriétaire de la boutique de vélos Cycles AmadeusJean Simard, l’établissement jonquiérois a commencé à effectuer plus de ventes au cours des trois dernières années. « On note une croissance pour nos ventes chaque année, mais c’est plus spécifiquement au cours des trois dernières que les ventes de nos vélos électriques ont considérablement augmenté », a-t-il partagé.

Le volet électrique correspond à 60 % du marché de l’entreprise. Jean Simard mentionne qu’il est en constante évolution et qu’il va bientôt atteindre entre 70 et 75 %.

Bien que la pandémie ait un impact positif sur les ventes, d’autres facteurs pourraient être la cause de cette augmentation. « La pandémie a aidé à faire avancer les choses, mais il y avait déjà un mouvement qui était entamé pour le regain du vélo. En temps de crise, les gens veulent profiter de l’extérieur, mais il y a aussi le fait que pour notre boutique, la clientèle est un peu plus vieillissante. Elle était moins active dans notre domaine et elle le redevient avec la pandémie », a affirmé le propriétaire de Cycles Amadeus.

Pénurie et coûts dispendieux

Actionnaire chez UltraViolet situé à Jonquière, Michael Guay mentionne que tous les types de vélos font l’objet d’une pénurie actuellement. La même situation s’applique pour les vélos électriques et les prix sont rendus exorbitants.

« Avec la première vague pandémique, toutes les usines de fabrication ont été fermées l’année dernière. On reçoit moins de vélos, mais quand nous les avons, ils sont tous vendus instantanément. En raison de la difficulté d’approvisionnement des entreprises, la plupart des vélos sont plus dispendieux. C’est le cas notamment de certains vélos électriques qui coûtaient 3299 $ et qui en coûtent 3470 $ aujourd’hui », a-t-il partagé.

À propos de Patrice Carrier

Patrice Carrier
Originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, Patrice Carrier est un jeune homme passionné de sports. Tout juste après la maternelle, il a déménagé à Lévis. Depuis sa tendre enfance, il voyage beaucoup avec ses parents. Ils lui ont transmis cette passion et ainsi, il aimerait parcourir le monde. À l’école secondaire, il étudiait dans le programme le plus contingenté du Collège de Lévis, soit celui des « Langues », où il a pu approfondir ses connaissances en anglais, en espagnol et en français. Bien qu’il aspire à devenir un journaliste sportif, il adore les sujets liés à l’économie et à la politique. Étant une personne très sociable, Patrice a de la facilité à se créer de nouvelles amitiés et à élargir son réseau de contacts.

À voir aussi

Profiter de la nature avec le yoga

Connecter avec la nature, respirer l’air glacial et s’imprégner du soleil font partie des bienfaits du yoga extérieur, une …