Tourisme estival | Achalandage record à L’Anse-Saint-Jean

190
0
Partagez :

L’Anse-Saint-Jean peut se féliciter d’avoir encore augmenté son achalandage touristique qui était déjà en hausse au cours des dernières années. À quelques reprises durant la saison estivale, les 900 emplacements d’hébergement ont tous affichés complet.

Difficile de cibler la recette du succès de ce village de 1200 habitants. Plusieurs commerçants avancent que le petit village du Bas-Saguenay serait parmi les plus beaux au Québec. Le propriétaire de la boulangerie Nuances de grain, Daniel Côté, souligne que beaucoup de touristes séjournent à L’«Anse» pour la randonnée pédestre ou le kayak, en plus des gens qui viennent expressément pour rendre visite aux boutiques d’artisanat telles que la boulangerie ou la chocolaterie.

Les Croisières du fjord sont également responsables du flot de touristes. Durant la belle saison, les croisiéristes ont la chance de s’arrêter quelques heures dans les villages côtiers comme Sainte-Rose-du- Nord ou L’Anse-Saint-Jean et évidemment d’y dépenser quelques deniers.

Le conseiller André Nicet, responsable entre autres des dossiers touristiques, se félicite de la visibilité que reçoivent les attraits du village. Il rappelle que le lancement de la saison touristique trouve écho dans les médias ce qui permet aux citoyens de la région et même de la province d’être mis au courant de l’offre anjeannoise. Il affirme du même souffle que c’est également une belle occasion de se faire des contacts parmi les représentants de l’industrie touristique.

Plein emploi

Selon M. Nicet, l’activité touristique assure le plein emploi pour les travailleurs du village. Bien qu’aucune statistique ne confirme ses dires, les commerçants éprouvent de la difficulté à
trouver de nouveaux employés sur place. «On a beaucoup de gens qui travaillent dans la municipalité qui habitent à Petit-Saguenay ou
dans les alentours», explique le conseiller.

Du côté de la boulangerie Nuances de grain, l’achalandage durant la saison estivale a de loin dépassé les espoirs les plus ambitieux du propriétaire Daniel Côté. «Nous avons eu beaucoup
de touristes français, des gens en croisière qui venaient acheter du pain et même des gens de Chicoutimi qui viennent chercher leur pain ici», précise-t-il. Le boulanger embauchera d’ailleurs
deux employés supplémentaires l’an prochain pour l’aider à mettre la main à la pâte.

Partagez :