Salvail et Rozon, les princes déchus

237
0
Partagez :

Que de secousses au sommet des faux-semblants où le rideau tombe enfin sur les agissements des deux célébrités, vedettes du petit écran. Mais le plus aberrant c’est que le public découvre tout juste une vérité bien connue de l’envers du décor.

Inconduite sexuelle. Harcèlement sexuel. Éric Salvail et Gilbert Rozon se sont rapidement retirés de leurs sociétés pour ne pas impliquer les émissions et compagnies de production dans leurs déboires.

L’affaire Harvey Weinstein, à l’origine de cette vague déferlante, a réveillé les voix des victimes d’abus sexuels en tout genre. Des milliers de témoignages sur les réseaux sociaux révèlent un triste revers de la médaille. Ceci s’apparente à une évidence que de tels actes soient insensés. Pourtant pour-quoi notre société accepte-t-elle un tel comportement? Car ce serait se rendre hypocrite de ne pas avouer que ces comportements sont tolérés.

Prenez Donald Trump, lors de son élection présidentielle, il a clamé haut et fort qu’il pouvait embrasser n’importe quelle femme sans consentement. «Quand t’es une star, elles te laissent faire, tu peux faire tout ce que tu veux». Quelques semaines plus tard, une nation l’a élu.

Des célébrités qui jouent de leur pouvoir à travers nos écrans, des vedettes adulées par des milliers de fans. Mais le monde des strass et paillettes s’avère moins scintillant qu’il n’y paraît. Les témoignages dans les articles accusant Éric Salvail et Gilbert Rozon démontrent que la vérité était connue, mais les silences étaient de mise.

Apparemment quand on est puissant, on peut avoir un parachute doré pour se sauver des détails qui viennent ternir une carrière. Mais notre société évolue, les réseaux sociaux peuvent conduire à l’apogée et abaisser plus bas que terre dans la même journée.

Dans ce palais éclatant que la majorité du monde considère comme un modèle à suivre, cet éden prend des allures d’enfer pour les victimes de ces abus. Un monde où les géants commettent des actes en se croyant intouchables. Le vent est fort heureusement en train de changer de direction. Une parole s’est libérée.

Partagez :