Selon le syndicat de l’enseignement | Des directeurs devenus gestionnaires

215
0
Partagez :

Le Syndicat de l’enseignement de Saguenay (SES) croit que le rôle des directions scolaires s’est grandement rapproché du rôle d’un gestionnaire. «Le gouvernement a nettement alourdi la tâche des commissions scolaires, qui refilent une partie de leur fardeau aux directeurs», déplore la responsable des communications du SES, Aline Beaudoin.

Le SES partage ainsi l’opinion exprimée dans une lettre d’une enseignante retraitée, adressée au ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, publiée dans le Devoir du 13 mars.

Dans sa lettre, Danielle Jasmin affirme que «les directions d’écoles sont désormais des gestionnaires, plutôt que des leaders pédagogiques, comme on le souhaiterait dans une institution vouée à l’éducation des enfants». Selon son témoignage, les professeurs sont laissés à eux-mêmes et n’ont aucune ressource à leur disposition pour améliorer leur enseignement.

Tout comme on peut le lire dans le texte de Mme Jasmin, la reddition de compte est une des pierres angulaires de ce nouveau système selon le syndicat. C’est donc dire qu’au lieu de veiller au bon fonctionnement de l’établissement scolaire, la direction doit remplir différents rapports et faire des comptes-rendus à sa commission scolaire.

«En plus de créer un manque de temps évident, ça ensevelit les dirigeants sous une pile de paperasse, soutient Mme Beaudoin. Les professeurs eux-mêmes doivent remplir bien plus de formulaires qu’auparavant et ça nuit à leur travail.»

Le directeur de la polyvalente Arvida, Carl Lévesque, croit pour sa part être un leader pédagogique à part entière. «Je crois que ça dépend des cas, personnellement, je travaille en étroite collaboration avec mes adjoints pour aider les enseignants à faire leur travail le mieux possible, soutient-il. Je suis un ancien professeur de sciences, alors je m’occupe du département de sciences et mathématiques alors que ma collègue gère le département de français puisqu’elle s’y connaît mieux en la matière.»

M. Lévesque assure également que les professeurs sont satisfaits de l’aide qui leur est offerte et que l’objectif final est évidemment la réussite des élèves.

Partagez :