Visite de Gabriel Nadeau-Dubois à Chicoutimi | Québec Solidaire souhaite percer en région

189
0
Partagez :

Le porte-parole de Québec Solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a profité de son passage dans la région pour attaquer la Coalition Avenir Québec (CAQ), dimanche.

C’est devant plus d’une centaine de partisans à la Marina de Chicoutimi et flanqué des cinq candidats de la région que le Gabriel Nadeau-Dubois a réglé des comptes avec la CAQ en se questionnant sur les raisons qui font que la formation de François Legault n’est pas capable de «percer dans les grandes villes.» Il a par la suite voulu rappeler aux citoyens qui hésitent pour qui voter «qu’un parti qui se construit en récoltant les transfuges des autres formations n’est pas une équipe honnête.»

Nadeau-Dubois a ensuite voulu répondre à ceux qui disent que le parti est strictement montréalais. «Ce sont 60% de nos membres qui proviennent de l’extérieur de Montréal […] On est enraciné dans toutes les régions.» 

Une vision à long terme

Le porte-parole de 25 ans a répété que la vision du parti était à long terme, lui qui a affirmé que leurs propositions pouvaient s’étirer jusqu’à 2030 ou encore 2050 pour certaines. Il a cité l’objectif d’avoir 300 000 nouveaux emplois verts et durables d’ici 2030 à titre d’exemple.

Un mot des candidats

Le candidat jonquiérois Marcel Lapointe a profité de son temps au micro pour affirmer que «les péquistes chuchotent Vive le Québec libre, mais les solidaires l’affirment haut et fort.» Il s’est également dit en faveur de l’apparition des bacs bruns dans les cours des citoyens saguenéens.

Son collègue de Roberval Luc-Antoine Cauchon a quant à lui signifié son intention de faire du Québec un pays, en se permettant un «Il est temps d’être réellement maître chez nous!»

La candidate de Dubuc Marie-Francine Bienvenue a critiqué le projet Métaux BlackRock, qu’elle veut garder loin du fjord. Elle veut aussi se porter à la défense des bélugas.

Le représentant dans Chicoutimi Pierre Dostie a, lui, affirmé sentir un vent de changement sur le terrain, alors que de plus en plus de gens s’intéressent au programme.

Partagez :