Pose de pneus d’hiver : les Saguenéens prévoyants

Les piles de pneus comme celles-ci disparaitront vite et bientôt, alors que de plus en plus de clients feront changer leurs pneus. Crédit: Olivier Joly

 

Alors que la date limite pour la pose de pneus d’hiver est fixée au 1er décembre à la grandeur de la province, les citoyens du Saguenay réservent un rendez-vous bien avant. Le phénomène est notable chez plusieurs garagistes.

Premier arrêt : le Centre de services Automobile GD, situé sur le boulevard du Saguenay, à Jonquière. Après un tour rapide du garage, facile de se rendre compte que les préparatifs vont déjà bon train. « Depuis deux ans, les mois d’octobre et de novembre sont toujours pleins », s’exclame le propriétaire du garage, David Savard. Les mécanos du garage, de leur côté, s’affairent déjà à la pose de pneus d’hiver. L’un des employés mentionne même qu’en période de fortes réservations, une centaine de clients par jour se présentent afin de faire le changement de pneus.

Deuxième arrêt : le Garage Robert Gasse, situé sur la rue Racine Est, à Chicoutimi, où la situation est similaire. Là aussi, les mois d’octobre et de novembre sont remplis à craquer. Toutefois, différence par rapport à l’an dernier, les clients réservent plus tôt, indique le propriétaire du garage, Frédéric Gasse.

La pénurie de pneus

Une pénurie de pneus est présentement observée au Centre de services Automobiles GD en ce qui a trait aux pneus de grande taille, utilisés sur les camionnettes. Un problème peu banal, considérant que plusieurs des utilisateurs du Saguenay-Lac-St-Jean possèdent une camionnette pour la chasse ou la motoneige. Le propriétaire du Garage Robert Gasse ajoute, pour sa part, que les pneus viennent toujours à manquer en fin de saison, forçant les citoyens à s’y prendre d’avance.

Les joies de l’hiver pour les mécanos

Les pneus d’hiver ne sont pas les seules pièces qui peuvent subir un rafraîchissement avant les grands froids de l’hiver saguenéen. Selon un mécanicien du Garage Robert Gasse, Gabriel Gendron, les clients en profitent aussi pour effectuer des entretiens sur leur véhicule, comme un changement d’huile ou une inspection. Une batterie usée peut aussi avoir de la difficulté à fonctionner lorsque plusieurs journées de froid extrême se succèdent, mentionne Frédéric Gasse. Cela oblige les clients à la faire remplacer.

À propos de Olivier Joly

Avatar photo
Olivier Joly est originaire de la ville de Pincourt, sur l’île Perrot, près de Montréal. Durant son parcours au secondaire, Olivier s’est impliqué dans un projet scolaire environnemental concernant un jardin communautaire. Comme tous les étudiants de sa cohorte, son secondaire a pris fin abruptement en raison de la pandémie. Cela lui a permis de bien se préparer pour son entrée au Cégep de Jonquière en tant qu’étudiant de journalisme, en ATM. C’est à l’âge de 16 ans qu’il quitte le nid familial pour venir s’installer à Jonquière. Monsieur Joly a plusieurs passions dans la vie : le hockey, la Formule 1, l’histoire et tout ce qui englobe la culture générale. Ses études en journalisme lui permettent d’approfondir celles-ci. Durant les deux derniers étés, Olivier a travaillé en tant qu’étudiant dans les parcs pour une ville près de chez lui. De plus, il se décrit lui-même comme une pomme : malgré les pépins, il croque dans la vie à pleines dents. Maintenant âgé de 19 ans, il souhaite incarner cette phrase et continuer d’évoluer.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …