Véhicules électriques usagés: une denrée rare

265
0
Partagez :

Il n’y a pas que le marché des véhicules électriques neufs qui soit difficile. Les voitures usagées sont aussi compliquées à obtenir en raison de leur prix et de leur rareté.  C’est du moins ce qu’affirme un vendeur chez Rocoto Toyota, à Chicoutimi, Hans Savinsky.

Ce véhicule électrique est l’un des seuls disponibles au HGrégoire Saguenay.
(Photo : Félix Gallant)

Pour qu’un concessionnaire ait un véhicule usagé à vendre, il faut que ce dernier soit en mesure de vendre une voiture neuve en échange, ce qui est mission impossible, en ce moment. « Le temps qu’un [client] patiente pour son véhicule neuf, c’est du temps qu’il peut prendre pour le vendre lui-même à quelqu’un d’autre, ce qui fait qu’il est très difficile d’en avoir à la concession », explique-t-il. Même constat pour les sites en ligne comme Marketplace où il est difficile d’en trouver.

Selon les dires du directeur général des ventes de Mazda Chicoutimi, Jean-Luc Plourde, une autre raison pour laquelle il est compliqué de se procurer une automobile électrique usagée est le fait que si un acheteur veut obtenir un véhicule neuf, il sera subventionné par le gouvernement. Au contraire, un client qui veut s’acheter une voiture usagée n’aura pas de subvention, ce qui enlève l’attrait de se procurer ce type de véhicule.

Du côté de HGrégoire Saguenay, la disponibilité pour l’usager a été moindre, en raison de la faible requête au cours des deux ou trois dernières années. « La demande n’était pas si forte, donc il n’y a pas beaucoup de voitures disponibles », raconte le président de HGrégoire, Laurent Vallières. Les véhicules électriques usagés représentent de un à deux % des ventes totales du magasin.

Manque de pièces

Du côté des véhicules neufs, les concessionnaires disent la même chose : la rareté de certains morceaux est l’élément principal de la longue attente pour obtenir un véhicule électrique. « Je pense que les [usines] ont beaucoup de difficultés avec l’approvisionnement de certaines pièces qui empêche les lignes de montage de produire. C’est vraiment le souci du moment », explique le directeur des ventes de Volkswagen, Joël Raymond.

Le prix de l’essence est également un facteur pour la pénurie d’automobiles électriques sur le marché. « La demande était énorme quand le prix de l’essence était élevé. Quand il a redescendu, il [prix de l’essence] y avait moins de demandes. Maintenant, il recommence à augmenter », déclare le conseiller aux ventes de Kia Harold Auto, Dany Larouche.

Partagez :
Avatar photo