Les partis marginaux font leur place

217
0
Partagez :

Les électeurs du Saguenay– Lac-Saint-Jean ont la possibilité de voter pour quelques candidats qui se présentent sous la bannière de partis politiques moins connus aux élections provinciales 2018.

Parmi eux, il y a notamment le candidat représentant le Parti vert du Québec dans la circonscription de Chicoutimi, Tommy Philippe. Quant à l’Équipe autonomiste, un parti penchant vers la droite, c’est Maude Gouin-Huot qui en porte les couleurs dans le comté de Lac–Saint-Jean. Il y a aussi le Parti nul et sa candidate dans Dubuc, Line Bélanger.

Ces candidats se lancent dans cette aventure électorale avec un budget moindre et une équipe restreinte. Le Parti vert du Québec prône des valeurs touchant davantage l’environnement et l’économie verte. Pour l’Équipe autonomiste, c’est l’autonomie de l’individu qui est au centre de ses préoccupations. Âgé de 20 ans, Tommy Philippe, estime que ses valeurs sont complémentaires à celles du Parti vert. C’est sensiblement la même chose pour Maude Gouin Huot.

Le candidat du Parti vert souhaite améliorer le transport en commun, les services publics (en particulier la santé). «Oui, c’est de l’investissement, c’est beaucoup d’argent mais on a des plans pour aller chercher des ressources financières […] on est très réalistes», ajoute Tommy Philippe.

De son côté, l’agricultrice de formation, Maude Gouin-Huot, veut aider principalement les PME dans le comté Lac–SaintJean. «Pour moi, c’est vraiment un défi personnel», ajoute l’agricultrice qui, en même temps de faire campagne, doit s’occuper à temps plein de son entreprise de ferme laitière.

En sachant très bien que les chances de gagner sont assez minces, ces candidats ont tout de même des messages à passer. «Je ne suis pas comme un carriériste qui veut être à l’Assemblée nationale […] Je demande à tous les partis d’avoir une pensée pour la génération future. Car la dette écologique, c’est nous qui aurons à y faire face», explique Tommy Philippe.

Pour une équipe politique ne pouvant pas faire de campagne électorale et ne pouvant pas recevoir de dons comme le Parti nul, le message véhiculé par Line Bélanger est simplifié. «J’aime ça le dire à la rigolade, on est pratiquement des candidats-poteaux. On ne représente pas grand-chose. Sauf le désir de nos concitoyens de manifester leur désaccord avec le système actuel pour quelles que soient les raisons» a expliqué la candidate de Dubuc.

Partagez :