Les billets verts du Père Noël

232
0
Partagez :

Ceux qui décorent avant le mois de décembre sont les mêmes qui nous font détester Noël.

Se faire harceler par l’album de Noël de Marie-Ève Janvier et de Jean-François Breau pendant qu’on magasine du windshield washer -40° au Canadien Tire, c’est plus dépri-mant qu’entraînant.

Au même titre que combler la «dépression saisonnière» par des guirlandes vertes et des boules rouges, ce n’est peut-être pas la meilleure des thérapies.

Noël est devenu une fête commerciale qui comble les tablettes de futilités qu’on liquide à 50 % chaque quatrième vendredi de novembre. Les jour-nalistes se délectent de l’hystérie qu’occasionne le Black Friday : paraîtrait que voir des gens se ruer et s’arracher les télés fait du bon contenu.

La tendance est à réduire son empreinte environnementale, mais les montres électroniques, les ordinateurs portables et les tablettes sont les premiers items à disparaître lors de ces fameux rabais. Cette tradition mélangée à la surconsommation incite à la dépense et à l’excès sans jamais obtenir une justification notable à son achat.

Pour reprendre les mots de Pierre-Yves McSween, en as-tu vraiment besoin?

Partagez :