Jay Du Temple à Jonquière | Une performance honnête, sans plus

230
0
Partagez :

Tout fraîchement revenu d’Hawaï où il tournait les dernières scènes de la finale de la onzième saison d’Occupation Double, l’humoriste Jay Du Temple a présenté mercredi soir son premier One Man Show Bien Faire, dans une salle remplie à pleine capacité au Cégep de Jonquière. Une performance réussie, mais sans plus, en raison notamment du caractère simpliste des thèmes abordés.

Jay Du Temple a pris d’assaut la scène sous de forts cris et applaudissements de gens qui attendaient impatiemment de voir de quel bois il se chauffe. L’humoriste n’a pas perdu de temps à conquérir le cœur des spectateurs, en glissant certaines blagues sur l’aventure qu’il a vécue à Occupation Double sans se gêner de rire de certains participants.

En plus de raconter son aventure en Grèce, il en a profité pour raconter certaines de ses expériences alors qu’il était âgé de 15 ans, sans toutefois approfondir ses gags. Sa première blonde, sa première relation sexuelle, mais aussi sa première brosse. Des expériences que tout le monde a déjà vécues. Pour la nouveauté, on repassera.

Sur une note plus positive, Jay Du Temple a su tirer avantage de son art là où certains humoristes échouent, en adaptant l’humour québécois pour un public de jeunes étudiants, alors que l’âge se situait entre 16 et 25 ans.

Plusieurs interactions avec la foule ont mené à l’improvisation de certains numéros, un art que Jay Du Temple a su maîtriser à la perfection. Il était très à l’aise sur cette scène et cela pouvait se faire ressentir. Le spectacle, adapté à la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, n’a pas manqué de se moquer de certains endroits et ce de bonne guerre, dont les municipalités de Shipshaw et Saint-Ambroise qui aura fait éclater de rire le public.

Le jeune humoriste a finalement conclu son spectacle sur une note plus touchante, en remerciant ses parents de l’avoir «élevé dans la ouate» et de lui avoir permis d’être la personne qu’il est aujourd’hui, tout ça en gardant une petite touche d’humour.

Première partie

C’est l’humoriste de la relève Charles Pellerin qui a parti le bal en première partie, électrisant la salle François-Brassard à l’aide de plusieurs gags rapides, mais bien réfléchis, maîtrisant à la perfection l’humour noir. Le jeune homme de 23 ans a mis la table à cette belle soirée, enchaînant les blagues au sujet tabou, sans toutefois créer de malaises.

Partagez :