Entrepreneuriat | Le milieu des affaires souhaite l’ajout de cours

270
0
Partagez :

Les étudiants peuvent s’inscrire en ligne pour participer au concours.

Alors que la députée de Chicoutimi, Andrée Laforest, mise sur la création d’une école d’entrepreneuriat à Saguenay, des acteurs du milieu favorisent l’ajout de cours de démarrage d’entreprises aux formations existantes.

«Il faudrait intégrer aux programmes déjà existants des cours d’entrepreneuriat, surtout lorsqu’il s’agit de secteurs intéressants à la création d’entreprise », affirme la chargée de projets aux communications du Centre d’entrepreneuriat et d’essaimage de l’Université du Québec à Chicoutimi (CEE-UQAC), Marilyn Villeneuve. Elle cite par exemple les secteurs de la biologie, de la foresterie et des nouvelles technologies.

Par ailleurs, il existe déjà des options pour les jeunes qui veulent se lancer en affaires. Au Cégep de Jonquière comme à celui de Chicoutimi, un programme de comptabilité et de gestion de commerces permet de former les entrepreneurs de demain. De plus, le CEE-UQAC accompagne et soutient les étudiants qui démarrent une entreprise. L’organisation permet à l’entrepreneur de monter son plan d’affaires, de faire valider ses idées et de réaliser des projets de recherche et de développement.

Le CEE-UQAC a également créé un évènement pour familiariser les jeunes avec l’entrepreneuriat, le Marathonariat collectif, qui a lieu le 15 et 16 février. «Notre but est de faire vivre une expérience entrepreneuriale intensive de 24h aux étudiants, car ils n’ont pas toujours la chance de connaitre cette possibilité durant leur parcours scolaire», explique Marilyn Villeneuve.

Le directeur du CEE-UQAC, Louis Dussault, pense que l’avenir des entreprises au Saguenay passe par le développement de nouvelles technologies et l’application de nouveaux savoirs à la fine pointe, qui pourront être partagés à l’international. Entre autres, la compagnie jonquiéroise PhytoChemia récolte 80 % de son chiffre d’affaires hors du Canada, même en étant basée au Saguenay. Les entrepreneurs Hubert Marceau, Alexis St-Gelais et Laurie Caron n’ont pas senti le besoin de se rapprocher d’un grand centre, car toute leurs communications passent par l’internet.

Partagez :