Caserne Antoine-Lavoie | Plus moderne et plus verte

216
0
Partagez :

La ville d’Alma a inauguré, mardi matin, la Caserne Antoine-Lavoie qui a eu droit à une cure de rajeunissement au cours des 12 derniers mois. La municipalité a pris un virage vert pour la modernisation du bâtiment en ajoutant un bassin pour récolter l’eau de pluie et des panneaux solaires.

 La caserne, qui est désormais l’une des plus modernes au Québec, a doublé de superficie. Près de 3 000 pieds carrés ont été créés grâce à l’ajout d’un deuxième étage et d’une augmentation de l’aire de plancher.

Le projet a nécessité un investissement de 2,9 millions de dollars et a obtenu l’appui du gouvernement par le biais d’une subvention de 27 800$ du Fonds municipal vert de la Fédération canadienne des municipalités. « C’est comme je dis à la population, on prend un virage vert alors il va falloir comprendre que ça coûte plus cher. […] On a fait un règlement d’emprunt qui ne touche pas la taxation. On est bien fier de ça, c’est ce que j’appelle de la bonne gestion », a souligné fièrement le maire, Marc Asselin.

Les travaux ont été réalisés en respectant la Politique de développement durable de la Ville

Virage vert

 « Notre caserne va vraiment être un modèle de bâtiment. En plus, c’est économiquement rentable », a déclaré la conseillère et membre du comité de prévention des incendies et du comité de développement durable, Véronique Fortin.

Des panneaux solaires ont été installés à l’arrière du bâtiment. De cette façon, la caserne pourra être complètement alimentée en énergie solaire pour le chauffage. Sur une période de six ans, la Ville aura rentabilisé son investissement.

Un énorme bassin de récupération d’eau de pluie a été installé sous le bâtiment. « On est capable d’aller récupérer 5 000 litres, donc c’est l’équivalent de dix camions autopompe complètement remplis qui vont servir », note la conseillère en ajoutant que cette eau est non-traitée et que la Ville économisera de l’argent dans le traitement des eaux.

« Cette nouvelle caserne va nous permettre de nous positionner comme l’un des principaux lieux de formation au Québec », a ajouté Mme Fortin. Selon le directeur du Service de prévention des incendies d’Alma, Bernard Dallaire, l’École nationale de pompiers s’est montrée favorable à ce que le service continue d’octroyer différentes formations.

Partagez :