mercredi , 5 octobre 2022

Exposition Mise en 40aine | Cheminement artistique et personnel à l’honneur

L’artiste Yann Guillemette placé devant son kiosque pour la 13e édition du Symposium. Crédit photo : Edward Sanger.

 

Pour la 13e édition du Symposium du Centre national d’exposition (CNE), d’anciens lauréats sont à l’honneur afin de montrer leur évolution artistique et personnelle. Ils le feront dans le cadre de l’exposition nommée Mise en 40aine présentée en hommage au 40e anniversaire du CNE. 

Le thème de cette année est la mise en quarantaine inversée. Les organisateurs ont repris ce concept du Moyen-Âge, qui consiste à isoler les personnes atteintes de maladies. Pour cet événement artistique, on change les rôles dans le but de contaminer les visiteurs avec la créativité et la passion des artistes.

Par le biais de l’exposition, les artistes, majoritairement originaires de la région, montrent leur parcours. Diverses formes d’art, comme la photo, le tricot ou même le tatouage, sont exposées aux visiteurs qui ont aussi la chance de rencontrer et d’échanger avec les exposants.

Édition inusitée

Pour cette édition spéciale, les organisateurs de l’événement ont invité 12 artistes  présents lors des éditions précédentes. «J’ai remporté le deuxième prix lors de l’édition de 2017 et on m’a invitée pour souligner l’événement», a déclaré la photographe Maryline Rivard.

D’anciens gagnants se sont servis de l’événement, comme tremplin, pour s’améliorer et continuer dans la discipline dans laquelle ils exercent. «Je suis maintenant à mon propre compte depuis plus de trois ans», rajoute-t-elle.

De plus, les gens peuvent admirer, pendant dix jours, des performances en direct des kiosques des artistes, comme un atelier de tricotage et d’initiation au crochet par Yann Guillemette. De même que le stand de photo de Mme Rivard pour voir son travail de plus près avec ces modèles.

Réflexion

Pendant toute la durée de l’événement, les artistes traitent de plusieurs sujets. L’environnement, la passion ou encore sur leur parcours de vie. «Je parle de mon changement corporel autant physique que mental», raconte l’artiste en installation bi/tridimensionnelle sur bois Patrice Baillargeon.

Pour les artistes, c’est aussi l’occasion de s’autoévaluer et faire des réflexions sur leur avenir. Pour certains, de futures expositions personnelles seront bientôt à l’affiche. D’autres envisagent de partir de la région pour entreprendre un voyage artistique.

Les visiteurs ont jusqu’au 14 novembre prochain pour profiter du travail des exposants et pour en apprendre plus sur leur cheminement.

 

 

 

 

 

À propos de Edward Sanger

Edward Sanger est originaire de la France. Il obtient sa double citoyenneté à l'âge de 6 ans. Edward a travaillé fort pour pouvoir tracer son chemin. Homme de ménage, boulanger, serveur ou encore barman, il ne dépend jamais des autres pour aller au bout de ses rêves. Passionné de la photographie depuis toujours, il participe à des concours et à des expositions dans le style du portrait. Souriant et désireux d'aider les autres, il projette de devenir psychologue photographe en art thérapie via les discussions. Pour le moment, il est photographe de lutte à Jonquière et il est à la tête d'un comité LGBT+. Edward Sanger ne connait pas le mot abandon. Il se relève après chaque coup pour gagner de l'expérience et se démarquer plus. Son prochain objectif, aider la communauté LGBT+ dans les médias.

À voir aussi

Le salon du livre arrive avec des spectacles littéraires

Le salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean présentera des spectacles littéraires pour sa 58e édition, ce …