Deux fois plus de décès liés au suicide qu’aux accidents routiers

253
0
Partagez :

Annie Laviolette, intervenante au CPS 02 depuis 10 ans. Crédit photo: Pascal Gaxet

Mathieu Brisson et son équipe d’intervention téléphonique ont reçu plus de 3300 appels sur l’année 2018-2019 au (1-866-APPELLE). Crédit photo: Pascal Gaxet

Le suicide est deux fois plus meurtrier que les accidents de la circulation au Saguenay-Lac-Saint-Jean, avec 38 décès par an contre 19 en moyenne, selon les derniers chiffres officiels.

Le tabou entourant le suicide est l’une des raisons pouvant expliquer cette situation, selon la responsable du service communication, prévention et qualité du Centre de prévention contre le suicide (CPS 02), Annie Laviolette. Elle explique que le suicide est un tabou à briser. «Parler du suicide sauve des vies. Parfois, des personnes culpabilisent de n’avoir rien vu venir. Notre travail consiste à faire revivre l’espoir.»

Depuis de nombreuses années, le taux de suicide a baissé et se situe désormais autour de 14,5 pour 100 000 personnes (données de 2011 à 2016). «Un suicide, c’est un suicide de trop», rappelle toutefois l’une des intervenantes du CPS 02, Mme Mélanie Lapierre.

Les cas de détresse sont quotidiens. Près de 800 tentatives de suicide sont comptabilisées chaque année au Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’agent de prévention et de communication au Service de police de Saguenay, Carl Tremblay, confirme l’étendue du problème. «Chaque jour, nous sommes confrontés à des cas de détresse suicidaire. Cela fait partie de notre réalité. Rares sont les jours où on ne reçoit pas d’appel à l’aide sur ce sujet. Lorsqu’on intervient, c’est que le cas est jugé sérieux. Ensuite, on travaille en collaboration avec les urgences sociales qui vont réaliser le suivi.»

Une charte pour sensibiliser

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est devenu un précurseur en matière de prévention contre le suicide avec le lancement d’une charte initiée par le CPS 02 et signée par la Ville de Saguenay, faisant d’elle la première ville au Québec à s’engager contre le suicide.

Le service d’intervention téléphonique du CPS 02 (1-866-APPELLE) a reçu plus de 3300 appels sur l’année 2018-2019.

Crédit graphique: Pascal Gaxet

Partagez :