F*ck la culture du viol | Changer les mentalités avec l’humour

202
0
Partagez :

Une bonne dose d’humour servi avec cinq fiers défenseurs du féminisme et une pincée de sarcasme, voilà la recette sur laquelle mise le spectacle F*ck la culture du viol. Le cabaret d’humour s’est arrêté au Cégep de Jonquière jeudi soir pour donner une représentation gratuite.

La journaliste et animatrice Judith Lussier a dénoncé plusieurs comportements sexistes durant ses interventions

«Merci Jonquière d’être là pour écouter des jokes de viol», a lancé la journaliste et animatrice du spectacle, Judith Lussier, aux 200 personnes présentes dans la salle François-Brassard. Bien que blaguer sur un tel sujet semble curieux à première vue, l’objectif de ces représentations est d’enlever les tensions et les malaises entourant les comportements qui banalisent le viol.

«Plus il y a de tabous, plus ça continue de se vivre dans le silence, a mentionné l’animatrice. L’important, c’est de rire des bonnes choses telles que les mythes qu’on entretient sur le consentement et non des victimes.»

Les humoristes Léa Stréliski, Marylise Chouinard, Colin Boudrias et Catherine Thomas ont défilé pour aborder des thèmes comme l’objectification du corps de la femme et le consentement en passant par la masculinité toxique. Tantôt empathique, tantôt rieur, le public jonquiérois s’est montré réceptif aux témoignages et gags présentés.

Nées à l’initiative de l’organisme à but non-lucratif Je suis indestructible, les représentations de F*ck la culture du viol ont débuté à l’automne 2017, au même moment que le mouvement #Metoo. Depuis, l’organisation adapte son spectacle à l’actualité. Le cabaret d’humour fait présentement la tournée des cégeps gratuitement afin de propager le message comme la bonne nouvelle qu’il faut changer les mentalités.

L’organisation n’est pas fermée à l’idée de transporter le spectacle jusqu’aux universités ou tout autre organisme qui fait la demande de le recevoir.

Partagez :