BAPE 2.0 : les problématiques de santé mises de l’avant

205
0
Partagez :

Les impacts sur la santé du projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec pourraient être grands pour la population du Saguenay–Lac-Saint-Jean selon plusieurs experts de la santé. C’est la conclusion qui est ressortie des discussions lors du BAPE 2.0 qui portait sur les impacts sur la santé du projet d’Énergie Saguenay. 

Le webinaire était une initiative de quatre organisations, soit La planète s’invite en santé, l’Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME), la Communauté ergothérapique engagée pour l’environnement et l’équité (C4E) et la Fondation David Suzuki. 

La vice-présidente de l’AQME, Dre Anne-Sara Briand, a exposé que le type de projet proposé par GNL Québec « a été associé à des avortements, des fausses couches et des anomalies cardiaques et neurologiques chez les nouveaux-nés. »  

Elle ajoute que certains cancers, comme la leucémie, ainsi que des problèmes cardiaques et d’asthme ont également été reliés à des projets semblables ailleurs dans le monde. 

Les femmes affectées  

La question des impacts psychosociaux a été longuement discutée, alors qu’elle n’avait pas du tout été abordée lors des audiences du BAPE tenues cet automne. 

La professeure associée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), spécialisée dans l’évaluation des impacts sociaux des grands projets, Dre Marie-Ève Maillé, a rapporté que certains groupes sociaux, comme les communautés autochtones et les femmes pourraient être les « grands perdants » de ce projet.  

« Très souvent, les femmes sont particulièrement défavorisées par les grands projets industriels, parce qu’ils entraînent des déplacements de travailleurs pour de courtes périodes. Ça apporte une augmentation de la consommation et de la violence économique, physique et sexuelle », a déclaré Dre Maillé. 

Quant au député de Jonquière Sylvain Gaudreault, il remarque que les impacts psychosociaux se font déjà ressentir auprès de la population du Saguenay–Lac-Saint-Jean. La division entre les positions sur le projet peut causer des frictions auprès de la communauté, autant dans les familles que dans les voisinages. 

 

Partagez :