Le déneigement : une opération complexe

198
0
Partagez :

Le déneigement sur un grand territoire comme celui de Saguenay comporte une multitude de tâches complexes. C’est ce qu’ont expliqué les responsables des travaux publics de la Ville, qui ont dressé le portrait du fonctionnement du déneigement de l’hiver 2023, mercredi.

En moins de deux semaines, 75 centimètres de neige sont tombés sur le territoire de Saguenay et les alentours. C’est un record depuis plusieurs années.

La centaine de travailleurs qui s’occupe du déneigement a dû commencer ses activités plus tôt cette année en raison des effets météorologiques, qui proviennent principalement du lac Saint-Jean et du parc des Laurentides. « On a déjà 23% de la neige hivernale de tomber malgré le fait que l’hiver vient de commencer. C’est un début d’hiver très difficile pour les travaux publics », a mentionné le directeur adjoint des travaux publics de Saguenay, Steeve Séguin.

L’équipe des travaux publics fait face à de nombreuses contraintes qu’elle doit analyser en tout temps pour permettre une circulation sécuritaire aux citoyens. « C’est plus complexe que de juste gratter et de mettre du sel. Ça part de la planification, du suivi de la météo, des contraintes territoriales et géographiques, des moments de l’année », a expliqué Steeve Séguin. Malgré la panoplie de plaintes quotidiennes à la Ville de Saguenay concernant le déneigement, il ajoute qu’ils travaillent tous très fort afin d’offrir un service de qualité et qu’ils déploient toujours leurs effectifs et leurs machineries sur le terrain dès qu’une précipitation est annoncée.

Les étapes de déneigement sur le territoire doivent être respectées afin que tout se déroule dans l’ordre et que les grandes routes soient dégagées avant les quartiers résidentiels puisqu’il y a moins de circulation. « Ce sont des choix qui ont l’air aléatoire et qui ne font pas toujours plaisirs, mais ça nous permet d’assurer un réseau sécuritaire aux gens et c’est ce qui facilite le plus le travail de nos équipes », a précisé le directeur adjoint.

Hors de leur contrôle

Aussi, les responsables des travaux publics ont voulu rappeler que certaines routes appartiennent au ministère et qu’ils n’ont aucun contrôle sur celles-ci.

Selon M. Séguin, une attention plus particulière doit être apportée à ce temps-ci de l’année. Puisque les sols ne sont pas encore gelés, les routes sont plus glissantes et cela risque de causer un plus grand nombre d’accidents.

Partagez :
Avatar photo