Des journaux de propagande distribués au Saguenay.

188
0
Partagez :

Plusieurs sont ceux qui ont reçu le pamphlet The Epoch Times dans leur boîte aux lettres ainsi que le journal Le Facteur sur leur pare-brise de voiture, dernièrement au Saguenay. Ces deux publications véhiculent de la fausse information sur la pandémie de la COVID-19.  

The Epoch Times, version française, qui a sa maison mère située en France distribue leur journal par Poste Canada partout sur le territoire. Malgré une esthétique assez professionnelle, plusieurs Québécois se sont vite rendus compte de la faible qualité de ses textes. « J’ai survolé les articles parce qu’il y avait un fil conducteur tout au long, soit que le Parti communiste chinois était la source de tous nos problèmes. Je me suis dit que ça n’a pas une grande crédibilité», a expliqué l’un des Saguenéens qui a reçu The Epoch Times, Clément Dallaire.   

Selon lattachée de presse du groupe Appel à la liberté – Action Citoyenne Pacifique qui partage les idéologies du journal Le Facteur, Julie Lévesque, il y a deux côtés à la pandémie et les journaux conventionnels ne montrent pas la vérité. « Les mesures sanitaires n’ont jamais été certifiées efficaces. Le gouvernement veut juste s’enrichir avec ça », a-t-elle exprimé. Selon elle, les journalistes serviraient de couverture pour cette mascarade politique. « J’ai habité pendant cinq ans en Chine, une dictature communiste, et je me sentais plus libre qu’au Québec », a-t-elle renchéri. 

crédit photo: courtoisie

Selon Le fondateur de la page Appel à la liberté – Action Citoyenne Pacifique Frédéric Pitre, les mesures sanitaires sont inutiles et font plus de dommages collatéraux qu’elles sauvent des vies. « Des personnes âgées qui décèdent c’est malheureux, mais il y en a toujours eu. Les mesures draconiennes sont pires pour la population  en général que le taux de mortalité de la COVID-19 », a-t-il expliqué avec des propos appuyés par Julie Lévesque.  

 Pour un enseignant d’histoire et d’éthique et de culture religieuse qui a préféré garder l’anonymat, il est vrai de dire que la pandémie a deux côtés à sa médaille. « C’est vrai que la pandémie nous a enlevé des droits et libertés, de là à dire que c’est une dictature sanitaire, je n’embarque pas là-dedans ». 

Aucune nouveauté 

Les conspirations et la propagande d’idéologies ne sont pas de nouveaux phénomènes. Les réseaux sociaux ont cependant accentué leur présence. « Avec les réseaux sociaux, c’est facile de ‘’crinquer’’ la population. On l’a vu le 6 janvier à Washington (date de l’attaque au Capitole)», a expliqué le professeur. Le groupe qui supporte le journal Le Facteur avait d’ailleurs incité ses 11 000 membres à aller manifester à Montréal le 20 décembre dernier, contre les mesures sanitaires. 

Les complots ont toujours existé et persisteront au cours de l’histoire. Cependant, dans le passé, les complots ont tous été découverts après de longues recherches intensives. « Il y en a des complots, comme le Watergate. Par contre, ce ne sont pas des personnes dans leur sous-sol qui les découvrent, mais bien des personnes qui font de vraies recherches », conclut-il. 

Partagez :