Jeunes sportifs: la motivation en déclin

227
0
Partagez :

Après plusieurs mois d’inactivité, le constat des entraineurs de la région est que les jeunes sportifs sont de plus en plus démotivés. Le manque de compétitions et l’absence de défis personnels en seraient la cause selon eux. Pour certains, cet impact irait jusqu’à nuire aux résultats académiques. 

C’est le cas chez les Jeannois du Collège d’Alma où l’entraineur en chef Pascal Hudon ne cache pas le manque de motivation qui commence à s’installer. « Les gars sont habitués de se défouler sur la glace et pendant les matchs.  Présentement, j’ai des gars chez qui la motivation est très loin au niveau études et elle est loin au niveau sportif aussi », raconte-t-il. La dernière fois que les Jeannois ont touché la glace était le 31 octobre contre les Élites de Jonquière.

De leur côté, les Élites ont la chance d’être en contexte de sport-études ce qui leur permet de pratiquer quatre jours par semaine. Par contre, ils ont eux aussi disputé leur dernière partie organisée le 31 octobre et l’absence de matchs se fait ressentir. Pour l’entraineur en chef, Arnaud Dubé, l’objectif numéro un est très clair. « Il y a un grand défi motivationnel chez les joueurs. Il faut trouver un moyen de les garder allumés, de les garder accrochés. De faire aussi en sorte qu’ils sentent qu’ils s’améliorent et qu’ils ne travaillent pas pour rien. Mais jusqu’à maintenant, on est satisfait et ça va bien », explique l’entraineur.

Même chose chez Club de Tennis Saguenay 

Le directeur général et entraineur au Club de Tennis Saguenay, Jean-Arnaud Poirel, trouve la situation actuelle plus difficile, car il ne peut enseigner de façon adéquate les techniques de tennis dû à la distanciation sociale. De plus, il remarque que les jeunes athlètes sont moins concentrés et plus facilement dérangés lors des entrainements.

M. Poirel aimerait que la compétition reprenne le plus tôt possible, car le manque de tournois nuit au développement des joueurs. « Le seul petit problème pour le développement des jeunes est qu’en raison de la COVID, ils ne peuvent plus faire de tournois ou de compétitions et ils trouvent ça très dur », exprime-t-il en rappelant tout de même que la progression des jeunes se maintient.

Même si aucune date n’est officiellement sur la table pour le retour d’une saison ou des compétitions, les entraineurs gardent espoir et continueront d’encadrer les jeunes tant sur le plan scolaire et sportif.

 


 

BDV : Les Élites de Jonquière sont parmi les chanceux qui ont accès à une glace.
Crédit : Félix Laroche

Partagez :