Saint-Nazaire : le Fest’hiver réinventé

La huitième édition du Fest’hiver de Saint-Nazaire se tenait samedi soir sous une toute nouvelle formule. Un peu plus d’une centaine de personnes ont profité de la température clémente pour arpenter les rues du village en bulles familiales. 

 « Habituellement, le festival dure quatre jours. On a un tournoi de hockey, un brunch, un cinéma en plein air et beaucoup d’autres activités », explique le coordonnateur des loisirs de Saint-Nazaire, Jean-Philip Fortin. Cette année, la formule proposée aux habitants de la municipalité était un sentier à même les rues, dans lequel il y avait de l’animation, des acrobates, des cracheurs de feu et des boissons chaudes gratuites.  

 Les festivaliers n’ont toutefois pas été déçus de cette version 2.0 du Fest’hiver. « Ça fait du bien de sortir, de voir des gens. L’animation est bien plaisante aussi, certains des animateurs sont assez impressionnants », soutient le citoyen Laurier Bouchard, qui précise quand même avoir hâte de revoir le festival comme il l’a connu lors des sept premières éditions. 

 Un spectacle pyrotechnique, que les gens devaient regarder de leur véhicule ou de leur domicile, a conclu la soirée de fête sur une bonne note, au grand plaisir des spectateurs, surtout des plus jeunes. Ces derniers ont d’ailleurs été nombreux à profiter des activités tout au long de l’événement. 

 Nécessaire, mais dommage 

Même s’il ne prévoit pas réintégrer le sentier de marche pour les prochaines éditions, Jean-Philip Fortin trouvait important de tenir cette activité. « On est en manque de sociabiliser, de vivre normalement. On ne pouvait pas ne pas offrir un petit quelque chose à notre population. » 

Fortin ne cache toutefois pas sa déception den’avoirpu faire un véritable festival cette année. « Pour moi, ce n’est pas le vrai Fest’hiver. C’est plus une activité, à laquelle j’ai associé le festival », laisse tomber le coordonnateur. Ce n’estpar contre, rien pour l’arrêter, alors qu’il pense déjà à la prochaine édition « avec les rassemblements comme on connaît. » 

À propos de Anthony Ouellet

Tout droit sorti du froid nordique de Chibougamau, Anthony Ouellet a rapidement trouvé sa place au Cégep de Jonquière. Rigolo à temps perdu, le jeune homme combine son amour pour l’écriture et sa passion pour l’actualité en tout genre pour livrer des textes de qualité aux lecteurs qu’il chérit tant. Bien qu’il se passionne pour la majorité des sujets, son emploi de rêve est de remplacer le bon vieux Jean-René Dufort à la barre d’Infoman. Sinon, journaliste parlementaire, sportif ou d’enquête feraient amplement l’affaire du jeune homme. En additionnant son humour sarcastique à son éthique de travail hors du commun, Anthony ravivera la joie de vivre dans tous les studios, salles de nouvelles et salles de rédaction qu’il visitera. Au volant de sa rutilante Honda Accord 2005, aucune couverture ne lui échappe. Planteur d’arbres dans ses temps libres, il a su perfectionner son art journalistique au journal la Sentinelle l’été dernier, le rendant ainsi un véritable artisan de l’information.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …