Mobilité durable: un cocktail de transports comme solution

309
0
Partagez :

En raison des particularités territoriales du Saguenay-Lac-Saint-Jean, il est difficile d’envisager une seule option pour favoriser l’écomobilité. Selon le directeur général au Conseil de l’environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CREDD), Tommy Tremblay, la solution serait « un cocktail de transports » regroupant le transport collectif, actif, le covoiturage ou encore l’autopartage.

« Je pense qu’il n’y a pas une solution, je pense qu’il y a des solutions, précise Tommy Tremblay. La particularité de notre territoire, c’est qu’on a vraiment de grandes distances et de grands territoires ruraux, ce qui fait que le transport collectif peut être plus difficile ». En 2017, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay affichait la plus faible proportion de navetteurs utilisant le transport durable au pays, soit 15,7 %, selon Statistique Canada.

Un autre facteur expliquant le retard que connait la région serait « la culture de l’automobile qui est plus présente ici qu’ailleurs au Québec », selon M. Tremblay. « Posséder une auto-mobile au Saguenay-Lac-Saint-Jean ça vient avec un sentiment de liberté, ce qui rend peut-être un peu moins attractif le trans-port collectif », a-t-il expliqué.

Au Saguenay, seul 2,2 % de la population utilisait le transport en commun en 2017, d’après Statistique Canada.

De plus, le Saguenay est désavantagé par rapport à d’autres régions en raison de sa situation climatique. Les hivers sont plus froids plus longtemps et limitent donc les déplace-ments actifs pour une bonne partie de l’année. « La Ville a pris la décision de ne pas déneiger plusieurs trottoirs cet hiver pour sauver de l’argent et c’est sûr que c’est un frein [pour la mobi-lité durable] », d’après le directeur général du CREDD.

Pistes de solution

Le Collège d’Alma a lancé sa propre application, faire du pouce, pour faciliter le covoiturage au sein de la communauté collégiale. « On sentait qu’il y avait de la demande avant de lancer le produit, puis ça se confirme », raconte le coordon-nateur des communications et du développement institutionnel au Collège d’Alma, Frédéric Tremblay. Il mentionne qu’après à peine deux mois, une centaine de trajets ont déjà été proposés et l’appli-cation compte une soixantaine d’utilisateurs actifs.

Quant à Communauto, le plus grand service d’autopartage offert au Canada, il connaît énormément de succès. Les zones desservies au Québec sont; Montréal, Qué-bec, Gatineau, Trois-Rivières et Sherbrooke. L’entreprise ne s’est toutefois toujours pas établie à Saguenay. La Pige a tenté de contacter les dirigeants de Com-munauto, sans succès.

Partagez :