Une traversée symbolique du lac pour ATM

En novembre, je me suis lancée dans une aventure hors du commun. En compagnie de quatre étudiantes de diverses branches du programme en Art et technologie des médias ainsi que trois professeurs, j’allais amasser des fonds pour la fondation Sur la pointe des pieds et faire une traversée de trois jours sur les majestueuses glaces du lac Saint-Jean. J’étais alors loin de me douter que le défi serait une expérience gratifiante et unique, quoi que très différente de ce que j’avais imaginée.

La nouvelle 

Quelques semaines avant la grande traversée, la nouvelle est tombée. Il est impossible de faire le Double défi des deux Mario en raison des mesures sanitaires en vigueur.

Les deux Mario, soit Mario Bilodeau et Mario Catin effectueront, seuls, une traversée du lac en une semaine. Le tout, dans le but de récolter des fonds pour la fondation Sur la pointe de pieds qui offre, depuis 25 ans, des aventures thérapeutiques pour les jeunes atteints du cancer 

La préparation 

De retour au cégep après le congé des fêtes, le comité composé de Blaise Gagnon, Isabelle Labrie, Marisa Potvin, Megan Maltais, Juliette Babin, Ophélie Dorion, Isabelle-Anne Nadon et moi-même, Maxime Drolet s’est rencontré pour discuter de la suite des choses. Voici le constat de la réunion : traversée ou pas, l’équipe ira sur le lac pour une petite randonnée symbolique. La date est décidée, le 12 février nous serons sur les glaces à Métabetchouan. Beau temps ou mauvais temps.  

 La traversée 

 Il est 9h samedi matin et je suis dans l’auto avec quelques coéquipiers. À Jonquière, il fait beau et la température de moins cinq degrés Celsius est loin d’être menaçante.  

C’est à Saint-Bruno que nous sommes frappés par l’ampleur du blizzard devant nous. Il neige, il vente et il est impossible de voir à cinq mètres devant. À ce moment, nous avons tous reçu un courriel de la fondation qui explique que les deux Mario sont cloués sur place en raison des conditions sur le lac. On y a pensé quelques minutes, puis on a continué notre route prudemment.  

La vision sur le lac était pratiquement nulle

On a rejoint l’équipe de production télévisuelle qui nous suivra dans notre aventure à Métabetchouan. L’équipe est composée de quatre étudiant d’ATM en production et d’un enseignant. Il s’agit, pour eux, d’une occasion en or pour apprendre dans un véritable contexte de tournage. Ils nous ont expliqué quelques détails, ont posé des micros à deux membres du groupe et nous nous sommes rendus au départ, près du quai municipal.  

Une équipe de quatre étudiants et un professeur de production télévisuel a capté l’aventure.

Même sur le bord de la rive, il était impossible de voir plus loin que le bout de son nez. Nous avancions à pas de tortue entourée de nos deux anges gardiens en motoneige, Julien et Bruno Côté. Les deux frères ont généreusement accepté de nous accompagner et de faire leur part pour la cause. 

Les balises rouges que nous avons suivies étaient à peine visibles.

Nous avons finalement atteint notre objectif, le village sur glace de Metabetchouan, après une vingtaine de minutes. Une décision a alors dû être prise, continuer la route ou rebrousser chemin. Finalement, le sentier non balisé et les conseils de nos motoneigistes ont eu raison de notre décision. Nous sommes revenus sur nos pas pour notre sécurité. 

Les cabanes nous ont servi de point de repère lors de notre marche.

Ce sont moins de cinq kilomètres qui se sont affichés sur ma montre après notre courte excursion. La température et la cause que nous avons soutenue ont tout de même rendu cette expérience mémorable. En fin de compte, ce qui importe, n’est pas le nombre de kilomètres parcourus, mais le montant remis à la fondation qui aidera les jeunes atteints de cancer à vivre des aventures aussi belles que celle-ci. Au total, 15 000 $ ont été amassés pour la fondation et ce, grâce à de nombreux généreux donateurs pour qui la cause est importante.  

Toute l’équipe était fière de la courte aventure parcourue sur le lac.

 

À propos de Maxime Drolet

Maxime Drolet est une jeune femme de 19 ans originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle a fait ses études secondaires dans le Programme d’étude international (PEI) avant de continuer sa formation en Art et technologie des médias (ATM). Elle est très dynamique, impliquée et adore relever des défis autant physiques qu’intellectuels. Passionnée de sport, elle en pratique plusieurs et forme la relève en tant qu’entraîneuse de volleyball et de course à pied. Si elle n’est pas sur la piste ou en cours, vous la trouverez sûrement la tête dans un livre ou dans les nuages sur le haut d’une montagne. Elle rêve de travailler dans le domaine des communications depuis sa plus tendre enfance.

À voir aussi

immobilier

Marquis de Jonquière : une histoire d’équipe

« C’est vraiment pas une question d’argent ou de publicité. Selon moi, c’est une question de …