Des touristes motoneigistes de retour dans les hôtels

La majeure partie des hôtels de la région offrent des forfaits avantageux pour les motoneigistes selon M. Fortin-Tremblay. (Photo : Vincent Lavoie)

Avec la réouverture des restaurants et la diminution des mesures sanitaires, les motoneigistes se font plus nombreux à l’Hôtel Universel d’Alma. « En ce moment c’est comme si la pandémie n’existait pas », a affirmé le directeur général, Maxim Robitaille. 

 L’Hôtel Universel d’Alma atteint le même achalandage qu’à pareille date en 2019 selon le directeur général. « Présentement, c’est plein. Je dirais que 50 % de l’hôtel est occupé par des motoneigistes », commente le directeur général.   

 « C’est la fermeture des restaurants qui nous a coulés. Sans place où se restaurer, les clients devaient manger dans leur chambre et c’était moins intéressant pour eux », mentionne M. Robitaille. Cette forte présence des motoneigistes est due à l’ouverture des restaurants, puisqu’à Alma, vous avez quelques rabais en salle à manger lorsque vous prenez un forfait « motoneige ». Toujours selon le directeur général, la présence de ces touristes est bénéfique pour l’économie de la région. 

 Peu d’Américains 

 Selon le directeur général de l’Hôtel Delta de Jonquière, Olivier Fortin-Tremblay, c’est entre 40 et 45 % de l’achalandage de l’hôtel qui est occupé par les motoneigistes. « C’est certain que nous aimerions en avoir plus, malheureusement en raison des mesures sanitaires au Québec, il manque un pourcentage de visiteurs américains », relate M. Fortin-Tremblay. Normalement, à ce temps de l’année, une grosse partie du bâtiment est occupé par de fidèles touristes Américains. « Nous avons quelques-uns d’entre eux qui viennent quand même, mais ce n’est pas autant qu’avant la pandémie », expose-t-il. « C’est normal que les américains ne viennent pas, puisqu’au États-Unis, il n’y a presqu’aucune mesure. Alors qu’ici c’est plus compliqué », explique-t-il.  

À propos de Vincent Lavoie

Originaire d’Alma au Lac-Saint-Jean, Vincent Lavoie, a pris la décision d’étudier le journalisme pour éventuellement devenir commentateur sportif. Avec également de bonnes connaissances dans l’actualité, il tente d’en apprendre davantage sur ce métier. Le jeune homme de 20 ans est principalement passionné par les sports. Il a d’ailleurs créé une page Facebook de plus de 10 000 abonnés qui englobait les actualités de hockey. Il a toutefois été contraint de la supprimer en raison du manque de temps, compte tenu de son arrivée sur le marché du travail. Que ce soit comme travailleur dans des usines où à l’entretien des patinoires ou encore en restauration, l’étudiant n’a pas de difficulté à s’acclimater aux différentes conditions de travail. Son avenir n’est toutefois pas coulé dans le béton, l’Atémien souhaite peaufiner son curriculum vitae en ajoutant un baccalauréat en histoire à son actif. Téméraire à ses heures, le journaliste en devenir a réalisé un de ses rêves en visitant l’Europe durant deux mois à l’été 2019. Celui qui pratique le soccer depuis l’âge de 5 ans, a eu l’honneur de fouler les grands terrains des stades de soccer européens.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …