Retour en force des festivals DAE et REGARD

Récipiendaire du prix d’excellence en cinématographie au festival Buffer en 2019, Émile Roy a plongé dans l’univers du court-métrage dès ses 10 ans. (Photo : Émile Roy)

Le coup d’envoi de la 26e édition du festival de l’Âme à l’Écran (DAE) aura lieu le 24 avec comme porte-parole Émile Roy. Tout comme REGARD, les membres du comité DAE mettent les bouchées doubles en vue de leur retour « un peu plus normal » avec une formule hybride qui propose de nouveaux scénarios promotionnels, visuels et logistiques.

Le vidéaste et réalisateur Émile Roy représentera l’image de l’édition 2022 de DAE, un événement intercollégial au Québec qui invite les cégépiens passionnés de cinéma à soumettre leur film et à plonger dans l’univers du court-métrage en rencontrant des artistes du milieu.

« Les courts-métrages…c’est une passion qui ne m’a jamais quitté », confie avec émotion Émile.  L’adepte de cinéma admet avoir accepté de participer au festival pour deux raisons précises : DAE met de l’avant son médium coup de cœur et il tient en grande estime les artisans du cinéma en devenir, notamment formés au programme en Art et technologie des médias (ATM). Il est charmé à l’idée d’aller à la rencontre d’étudiants du Cégep de Jonquière. C’est entre autres grâce à cette communauté [anciens Atémiens] qu’il a découvert de nouvelles techniques de caméra et d’éclairage.

Selon Émile Roy, l’art et le cinéma en temps de pandémie sont essentiels.  « Le festival met de l’avant le court-métrage, c’est magnifique, déclare-t-il, ça permet d’imaginer et de rêver des meilleures possibilités de vie. De concevoir de nouvelles avenues », juge l’adepte de fiction, en faisant référence aux impacts anxiogènes de la pandémie.

Le jeune adulte qui cumule les festivals depuis son secondaire est impatient d’enfin reconnecter avec des passionnés comme lui en présentiel. Il estime que les moments de communion sont ce qui l’a le plus marqué en tant qu’individu et qu’il s’agit d’une belle façon d’apprendre et de s’enrichir.

Coordonnatrices DAE

Selon la coordonnatrice de la programmation DAE, Béatrice Gosselin, Émile représente parfaitement le public cible du festival : des étudiants passionnés du cinéma. « Les rencontres avec réalisateurs et acteurs prouvent qu’il est possible de réaliser des projets et d’avoir une carrière dans la région », reconnaît-elle.

Pour l’édition hybride 2022 sous le thème rétro, trois coordonnatrices sont à la tête du festival de l’Âme à l’Écran, une première dans l’histoire DAE. Il s’agit de Megan Gosselin en charge de la production, Béatrice Gosselin de la programmation ainsi que Noémie Lacoste aux communications. Selon elles, la combinaison de leurs champs d’expertise leur aura permis une organisation à point avec de meilleures idées, une plus belle dynamique et un travail davantage de qualité.

De gauche à droite, la coordonnatrice de la production de DAE, Megan Gosselin; la coordonnatrice de la programmation, Béatrice Gosselin et la coordonnatrice aux communications, Noémie Lacoste. (Photo : Alexandra Tremblay)

Selon Noémie Lacoste, la spécialisation d’un domaine plutôt que la polyvalence en surface est un atout pour l’organisation de DAE cette année. « C’est un événement d’envergure qui stimule la jeunesse et qui la mobilise. Surtout avec la pandémie, je crois que les gens parviennent vraiment à s’en sortir grâce à la culture », confie la chargée aux réseaux sociaux.

Contrairement à l’édition précédente en ligne, l’équipe composée de 60 étudiants se dit confiante à l’idée de déployer ses activités en présence cette fois-ci.

Vent de fraîcheur

Tel qu’indiqué sur la nouvelle affiche promotionnelle, le festival international de courts-métrages REGARD « revient au galop » pour sa 26e édition. Selon la directrice générale, Marie-Élaine Riou, l’événement provoquera beaucoup d’effervescence et de fébrilité auprès des 1 500 participants attendus. Le volet scolaire reprendra également sous sa formule habituelle en présence.

L’affiche promotionnelle conceptualisée par l’artiste originaire d’Arvida, Dany Boivin, qui met en lumière « les prémisses de la création ». (Visuel : REGARD)

Le dévoilement de la programmation 2022 se déroulera en direct Facebook le 2 mars à midi, en compagnie de la porte-parole Charlotte Aubin.

« On s’attend au festival qu’on avait prévu en 2020. Évidemment, la semaine dernière, je n’aurais pas pu dire la même chose, révèle Mme Riou avec le sourire aux lèvres, ça change tout le temps. La nouvelle formule extérieure du 5 à 7 permettra, selon la directrice générale, de rassurer les passionnés de cinéma un peu plus craintifs face aux rassemblements.

Le traditionnel programme de films de genre sera doublé cette année. Mme Riou croit que l’émergence de nouveaux cinéastes dans la région aura contribué à mousser la programmation de nouveaux films et aura permis d’apporter « un vent de fraîcheur ».

 

Aux côtés de la directrice générale de REGARD, Marie-Élaine Riou, les nouvelles bières promotionnelles REGARD x Riverbend. (Photo : Mély-Anne Dupuis)

À propos de Mély-Anne Dupuis

Du haut de ses 4 pieds 11, Mély-Anne Dupuis ne laisse personne indifférent. Sang asiatique et âme québécoise, la jeune fille de l’Assomption a été plongée dès ses 7 ans dans l'univers de la télévision grâce à une prestation de guitare électrique à « 0 à mille » ainsi qu’à ses 13 ans, avec une co-animation à « Salut bonjour ». C'est alors que son désir de travailler en communication s’est précisé. Assoiffée de découvertes, elle souhaite, à son tour, partager les siennes à travers l’écran. L’ouverture d'esprit et la volonté sont deux de ses plus grandes valeurs. Pour elle, chaque jour est une opportunité supplémentaire afin de perfectionner ses aptitudes. Elle n'a pas peur de se jeter à l'eau et de surmonter ses faiblesses, notamment en s'impliquant dans de nombreux comités.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …