Collège d’Alma: 2 millions $ pour des laboratoires en Techniques de pharmacie

212
0
Partagez :
laboratoire

Après plus d’un an de travaux, le Collège d’Alma a inauguré jeudi ses nouveaux laboratoires de formation pour le programme Techniques de pharmacie. Un investissement de 2,2 millions de dollars qui permettra aux 18 étudiants de s’adapter aux réalités de travail des secteurs privés et hospitaliers.  

Le pharmacien Yann Gaudreault et enseignant dans cette technique, qui a vu le jour en août dernier, est fier de voir ce projet mené à terme. « Je crois sincèrement que le programme ici est le meilleur et qu’il deviendra un fleuron au Québec. Tout le monde devrait prendre exemple sur nous. Nous avons fait les choses différemment et ça a donné un programme exigeant et motivant », explique le propriétaire de la pharmacie Linda Gaudreault et associés à Alma.  

Avec le métier de pharmacien qui évolue, le Collège désirait apporter un environnement d’apprentissage où les étudiants peuvent se familiariser avec la réalité. « Les étudiants pourront se livrer à diverses simulations, comme des ordonnances, la gestion du travail, la supervision, le service-client et plus encore », fait valoir la pharmacienne et enseignante, Sylvianne Gagnon.  

Un laboratoire a également été conçu sur mesure à l’image d’un véritable milieu de travail, avec les équipements usuels. « Pour développer le volet hospitalier, les étudiants pourront dorénavant apprendre la distribution de médicaments aux patients d’un hôpital ou encore la préparation de solutions de chimiothérapie intraveineux », raconte la directrice des études du Collège d’Alma, Marie-Ève Gravel.  

Aux prises avec un manque de main-d’oeuvre en région, le milieu pharmaceutique pourra garnir sa banque d’employés d’ici quelques années avec les finissants qui seront préparés à faire le saut dans les pharmacies d’ici.  

Un avenir prometteur  

Étudiante en première année, Léa Morency est enthousiaste pour la suite de son parcours.  « J’ai l’impression qu’on est déjà dans un milieu de travail. C’est vraiment une chance qu’on a de pouvoir travailler avec toutes les nouvelles technologies », affirme celle qui apprend les rudiments du métier depuis quelques mois.  

De son côté, sa collègue de classe Camille Boily croit que ces nouveaux locaux piqueront la curiosité de plusieurs étudiants provenant des autres régions et que le programme connaîtra bientôt un engouement.  

Le nouveau laboratoire est prêt à accueillir les 18 étudiants. (Photo : Juliette Babin)

 

Partagez :