Place Centre-Ville: plus de la moitié des locaux sont vacants

Plus de la moitié des locaux de la Place Centre-Ville à Jonquière sont vacants. La clientèle se fait aussi de plus en plus rare.

Cette photographie de la Place Centre-Ville a été prise lors des heures d’ouverture, un samedi pluvieux. L’achalandage des centres commerciaux a subi une diminution de 42% au Canada entre 2019 et février 2020. Crédit photo : Élodie Drolet

Selon une étude réalisée par Deloitte Canada, les centres commerciaux canadiens ont pu observer une baisse d’achalandage de 22% entre 2018 et 2019. Encore pire, entre 2019 et février 2020, c’est une diminution de 42% qui a été enregistrée. La Place Centre-Ville n’a pas été épargnée, avec 19 locaux sur 36 qui sont vacants. À quelques kilomètres de là, au Centre Jonquière, presque la même situation se produit. Ce sont 15 espaces commerciaux qui sont vides sur 35.

La directrice générale de Centre-Ville Saguenay (CVS) à Jonquière, Sarah-Maude Gaudreault, explique que cette dévitalisation n’est pas un enjeu. « Les centres commerciaux sont une tendance des années 80, donc on voit et on prévoit le déclin de ceux-ci. » La directrice rajoute que si une fermeture devait survenir, les commerçants pourront rester dans la région, et qu’assez de locaux seront disponibles à proximité afin de les accueillir. « Il y a des espaces disponibles pour eux entre autres sur la rue St-Dominique, ou encore dans d’autres centres-villes. Je crois que cette bâtisse [la Place Centre-Ville] pourrait servir à autre chose que du commercial. »

La directrice générale de la Place Centre-Ville a refusé d’accorder une entrevue portant sur ce sujet. Un commerçant, qui lui souhaite rester anonyme, affirme que l’emplacement du centre commercial est idéal pour sa boutique. De plus, les locaux de la place possèdent un avantage sur les autres du même quartier : « Les loyers sont moins élevés ici qu’aux autres endroits, et c’est en plein cœur de Jonquière », mentionne le propriétaire du petit magasin.

La cause

 Le vice-président de l’arrondissement de Jonquière, Michel Thiffault, croit que ce déclin serait lié, entre autres, à la Covid-19. « Ce n’est pas facile de tenir un commerce en 2020-2021, mais en plus on a été touché par une pandémie. Je pense que c’est ce qui a vraiment donné le coup de grâce. »

Des solutions ? 

M. Thiffault énonce qu’aucune décision de la Ville n’a été prise pour le moment afin d’aider à la revitalisation de la place. « Que ce soit dans les centres commerciaux ou dans les rues principales, pour les commerces on ne sait pas trop ce qui va se passer. […] On est sensible à la situation de Place Centre-ville. »

 

 

À propos de Élodie Drolet

Élodie est une jeune femme déterminée, sociable, créative et travaillante. Elle est très fière d’être originaire de la colorée, dynamique et magnifique ville de Québec. C’est d’ailleurs cet environnement stimulant qui l’a poussée à développer et nourrir sa grande curiosité. Élodie adore se renseigner et discuter de sujets comme la technologie, l’histoire, les sports, les enjeux sociaux, la politique, l’environnement, la culture et les voyages. Pendant son parcours scolaire, elle en a profité pour apprendre l’anglais, s’impliquer dans divers projets entrepreneuriaux et surtout partir en Thaïlande et en Europe. Ce sont ces deux expériences d’indépendance qui l’ont motivée à faire le grand saut et à déménager seule au Saguenay pour les études supérieures. Cette jeune femme ambitieuse sait se démarquer par ses idées créatives, sa débrouillardise et son leadership peu importe le milieu.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …