mercredi , 17 août 2022

Le Patro bonifie son camp de jour

Émilie Caron - Patro de Jonquiere
Émilie Caron qui travaille au Patro de Jonquière depuis près de 20 ans, aimerait idéalement accueillir un minimum de 700 enfants au camp de jour dépendamment des mesures sanitaires en vigueur. (Photo : Cassandre Baillargeon)

Avec une nouvelle structure organisationnelle, un gymnase double opérationnel, un aménagement de cour extérieure à peaufiner et une stratégie de recrutement bonifiée, le camp de jour du Patro de Jonquière est pratiquement prêt pour la saison estivale 2022.

Après avoir offert deux camps de jour dans deux lieux distincts en 2020 et avoir été délocalisé à l’école secondaire Kénogami en 2021 en raison des retards de construction du gymnase Desjardins, le Patro, situé sur la rue Saint-Dominique, accueillera de nouveau son camp de jour au sein de ses infrastructures.

L’expérience accumulée au cours des deux dernières années dans l’adversité a permis à l’équipe de coordination du camp de se remodeler. « En ayant moins de jeunes l’été dernier, on avait le temps de se questionner sur le fonctionnement du camp, donc on est vraiment parti de la base pour restructurer l’équipe », explique la directrice des opérations au Patro de Jonquière, Émilie Caron, pour qui ces changements étaient nécessaires après 20 ans.

Gymnase patro
Avec son nouveau gymnase et la proximité du parc de la Rivière-aux-Sables rénové au cours des derniers mois, le Patro a hâte de pouvoir profiter de l’été. (Photo : Cassandre Baillargeon)

Le gymnase double inauguré en décembre permettra aussi d’optimiser le camp. « Avec le gymnase, on a aussi une super grande armoire à jeux moderne où les moniteurs pourront prendre le matériel directement à proximité au lieu de monter au deuxième étage, ça va nous amener beaucoup de facilité », illustre Mme Caron. D’un point de vue logistique, le gymnase ajoute également deux grands plateaux à la dizaine déjà disponibles pour les journées de pluie et les activités spéciales.

Ancien gymnase du Patro
L’ancien gymnase du Patro servira maintenant de grande salle. À long terme, l’organisation souhaite mettre l’endroit au goût du jour afin d’y organiser des soirées. (Photo : Cassandre Baillargeon)

Un réaménagement à prévoir

Avec le nouveau gymnase et la nouvelle patinoire Bleu Blanc Bouge, la cour du Patro a par contre été défigurée. « Le terrain est en boue et on a perdu l’immense terrain de soccer et le terrain de volleyball de plage qu’on avait », affirme la directrice des opérations.

Dans un monde idéal, l’organisme souhaitait aménager un nouveau parc, mais avec la pandémie et les retards de construction, l’équipe a choisi de « jouer sécuritaire et de ne rien débuter avant la saison estivale ».

À la place, la simplicité sera de mise avec l’installation de gazon, juste à temps pour l’été, alors que les réels travaux d’aménagement commenceront l’automne prochain. Selon Mme Caron, le délai supplémentaire sera même positif puisque l’expérience de l’été 2022 leur permettra d’effectuer des choix plus judicieux.

La réorganisation du stationnement sera également au menu des prochains mois.

Un recrutement structuré et planifié

La pénurie de main-d’œuvre n’inquiète pas le Patro qui a mis les bouchés doubles avec son comité recrutement et valorisation. Avec une vidéo promotionnelle destinée aux réseaux sociaux, combinée à la propulsion payante de ses publications numériques et la présentation de kiosques d’informations dans les écoles secondaires au cours des prochaines semaines, le Patro a organisé d’avance son recrutement et a établi un calendrier d’offensives complet.

« Si le 25 mars, à la date limite des candidatures, on se rend compte qu’on n’a pas assez de candidats, à ce moment-là, on va aller faire des présentations dans les classes des écoles et dans des salons de l’emploi, ce qu’on n’avait jamais fait encore », déclare Émilie Caron qui a bon espoir d’embaucher 80 employés.

 

À propos de Cassandre Baillargeon

Originaire du Centre-du-Québec, Cassandre Baillargeon est une grande passionnée de pratiquement tout! De la politique fédérale, provinciale et municipale jusqu’au monde de l’éducation en passant par la justice et le sport, Cassandre possède une curiosité sans limites qui lui permet d’ajouter continuellement de nouvelles cordes à son arc. C’est notamment ce besoin criant de curiosité combiné à un désir vital de partager son savoir aux autres qui l’a amenée à choisir le monde des communications à la fin de ses études secondaires en sport-étude basket-ball. Ce sont d’ailleurs ses nombreux engagements parascolaires au cours des dernières années qui ont formé la personne polyvalente, dynamique et organisée qu’elle est aujourd’hui. Sportive dans l’âme en plus de posséder un cœur d’enfant, Cassandre a davantage l’air d’une observatrice silencieuse qu’une animatrice de foule. Cela dit, sa ténacité et son talent pour utiliser les mots à bon escient font certainement d’elle une excellente oratrice. Reconnue pour ses connaissances de l’actualité, son amour de la langue française ainsi que pour ses capacités d’analyse et de vulgarisation, cette rouquine de 19 ans aspire à informer la population des événements et des enjeux actuels, que ce soit à la radio ou à la télévision.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …