samedi , 3 décembre 2022

Palmarès des gagnants REGARD : boucler la boucle des festivités en présence

Le volet en ligne du Festival REGARD a débuté le 28 mars et se poursuivra jusqu’au 10 avril. (Photo : Mély-Anne Dupuis)

Le volet en ligne du Festival de courts-métrages REGARD s’est déployé lundi. Cette formule adoptée depuis la pandémie permet une immersion entière aux cinéphiles qui n’ont pu voir les films durant l’événement. 

« L’an passé, les gens avaient apprécié en ligne, mais cette année, c’était plus qu’attendu », a mis de l’avant l’adjointe à la programmation du Festival REGARD, Alexandra Garon. L’Almatoise qui fait partie du comité depuis deux ans tient à préciser que la formule en ligne ne remplacera jamais celle en présentiel. « REGARD est une expérience avant tout, c’est le plus grand festival de courts d’Amérique du Nord. On est comme une communauté élargie, mais serrée, a-t-elle confié avec le sourire aux lèvres. Il n’y a rien de plus beau que la proximité du spectateur avec les films ».  

Collaboration avec les ciné-clubs

La traditionnelle présentation du Palmarès des gagnants REGARD a également eu lieu lundi soir entre les murs des ciné-clubs de Chicoutimi et de Jonquière.  

L’adjointe à la programmation du Festival REGARD, Alexandra Garon, révèle avoir toujours assisté aux présentations de REGARD au Ciné-Club de Jonquière et s’être dit qu’elle allait un jour ou l’autre terminer par faire partie de l’équipe. (Photo : Mély-Anne Dupuis)

En entrecoupant les courts-métrages par sa narration critique, Mme Garon est parvenue à sa façon à boucler la boucle des cinq derniers jours de festival auprès du public à Jonquière. « Oui on est rendu à l‘international, mais on représente la région. En tant qu’adjointe à la programmation, c’est important de savoir ce qui allume le spectateur, de voir à quel moment les gens rient ou applaudissent », a-t-elle précisé en mentionnant que les spectateurs semblaient très réceptifs à la projection. 

Ce sont six films, méticuleusement choisis par les trois membres du comité de programmation (Mélissa Bouchard, Morgane Ferrero et Alexandra Garon) en fonction du public du Ciné-club de Jonquière, qui ont été projetés sur l’écran de la salle François-Brassard, soit Sikiitu par Gabriel Allard, Nuisance Bear par Jack Weisman et Gabriela Osio Vanden, Suzanne & Chantal par Rachel Graton, Vlekkeloos par Emma Branderhors, Soft Animals par Renee Zhan ainsi que Warsha par Dania Bdeir. 

« On y va avec notre cœur, mais on a surtout a voulu rendre hommage aux cinéphiles en choisissant des films représentatifs de leurs goûts », a-t-elle fait valoir Mme Garon en soulignant la collaboration d’une demi-décennie avec le ciné-club. 

De son côté, le vice-président du Conseil d’administration (CA) du Ciné-club de Jonquière, Alexandre Morin, estime que « le partenariat est bon pour les deux entités ». Selon lui, son comité en retire énormément de positif grâce aux nombres de personnes attirées par les deux représentations annuelles, soit en décembre avec Jour le plus court et en mars comme cette année, avec le Palmarès des gagnants. Il juge également que le Festival REGARD en profite tout autant par l’utilisation des équipements de qualité de la salle François Brassard.  

Le vice-président du Conseil d’administration (CA) du Ciné-club de Jonquière, Alexandre Morin, souligne la collaboration entre l’Association des cinémas parallèles du Québec (ACPQ) et REGARD, qui permet aux ciné-clubs du Québec d’acheter la liste « coups de cœur REGARD ». (Photo : Mély-Anne Dupuis)

À propos de Mély-Anne Dupuis

Du haut de ses 4 pieds 11, Mély-Anne Dupuis ne laisse personne indifférent. Sang asiatique et âme québécoise, la jeune fille de l’Assomption a été plongée dès ses 7 ans dans l'univers de la télévision grâce à une prestation de guitare électrique à « 0 à mille » ainsi qu’à ses 13 ans, avec une co-animation à « Salut bonjour ». C'est alors que son désir de travailler en communication s’est précisé. Assoiffée de découvertes, elle souhaite, à son tour, partager les siennes à travers l’écran. L’ouverture d'esprit et la volonté sont deux de ses plus grandes valeurs. Pour elle, chaque jour est une opportunité supplémentaire afin de perfectionner ses aptitudes. Elle n'a pas peur de se jeter à l'eau et de surmonter ses faiblesses, notamment en s'impliquant dans de nombreux comités.

À voir aussi

Favoriser l’inclusion grâce au sport

CHRONIQUE –  Le mardi 15 novembre, j’ai eu la chance de participer à une partie …