Vaincre l’anxiété financière

L’indépendance financière se bâtit dès l’adolescence.

Dans un contexte postpandémique où le taux d’inflation a considérablement augmenté dans la dernière année, les finances sont la plus grande source de stress des Québécois selon un sondage de Léger publié le 15 septembre 2022. Les jeunes de moins de 35 ans sont impactés par cette détresse psychologique.

Pour certains, cette détresse se manifeste dès l’enfance, avec des pensées constamment orientées sur l’argent. « Dans le passé, mes parents ont déjà eu des problèmes d’argent, donc on dirait que j’ai toujours ça en tête. Je fais en sorte que ça ne m’arrive pas », explique le coordonnateur de projets numériques dans une boite de marketing web, Mikaël Tremblay.

Les sacrifices sont aussi source d’insécurité chez les jeunes. « Quand j’étais jeune, j’ai moi-même payé pour le retrait de mes dents de sagesse parce que mes parents n’en avaient pas les moyens alors que d’autres personnes se seraient payé, par exemple, un permis de conduire. Moi, je n’en ai pas de permis de conduire », témoigne l’étudiante en secrétariat à l’école Oasis, Allyson Munger-Saillant.

Comment vaincre ce stress ?

Dans le plus récent documentaire du réalisateur sherbrookois Antoine Denis, Liberté : une quête à l’indépendance financière, la seconde partie d’une trilogie, on souligne l’importance d’agir pour garder le cap sur nos finances. « La quête se fait quand on est dans le feu de l’action, quand on a les moyens d’agir avec certaines connaissances », précise M. Denis.

Dans ce film éducatif, ainsi que dans le précédent, sont présentés les parcours de diverses personnalités québécoises, dont le comptable et auteur Pierre-Yves McSween et le planificateur financier Fabien Major. Ils relatent leur parcours en y ajoutant anecdotes et conseils. Épargne, placements, gestion d’un REER, d’un CELI ou d’un CELIAPP et favorisation de la liberté aux possessions matérielles sont quelques exemples qui permettent l’atteinte de la liberté financière, et ainsi, la réduction du stress.

Argent, synonyme de bonheur ?

« Ils disent que l’argent ne fait pas le bonheur, mais je me dis qu’il faut quand même de l’argent pour être heureux dans un sens, parce que tu n’as pas de vie si tu n’as pas d’argent », affirme Allyson Munger-Saillant.

Le bonheur, ce serait plutôt une question d’équilibre, selon la notaire Ariane Boisseau, l’une des intervenantes du documentaire. Cet équilibre, propre à chacun, permet de subvenir à ses besoins et ses désirs, sans se « brûler » au travail.

À propos de Jeanne Trépanier

Avatar photo
Ayant grandi dans la petite municipalité de Danville en Estrie, Jeanne Trépanier y a développé un intérêt pour le journalisme. Découvrant ATM en 2020, sa première année dans la technique a confirmé cet intérêt. C’était SA vocation. Passionnée de criminologie et désirant s’impliquer dans le mouvement féministe, Jeanne compte poursuivre son parcours académique à l’université dans l’ultime but de devenir journaliste d’enquête. Pour ce faire, elle se dévoue à la tâche, s’impliquant notamment dans le journal étudiant La Cerise en plus de faire un court passage dans le journal web Estrie Plus. Son aisance, tant dans l’écriture que devant la caméra, fait de Jeanne une journaliste accomplie. Sociale, réfléchie et très rigoureuse, elle désire apporter ces qualités avec elle dans les grandes métropoles afin d’y découvrir un aspect du journalisme qu’elle n’a pas encore eu la chance d’explorer. Avec sa fine plume et une détermination sans pareil, cette passionnée de voyages et de danse saura captiver son auditoire!

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …