Ski : un retour à la normale bien accueilli

L’entraineur-chef du Club de ski Le Valinouët, Christian Simard, lors de l’assemblée générale annuelle qui a eu lieu à l’hôtel Le Montagnais de Chicoutimi, lundi soir.

« Le pire » aurait été évité pour le Club de ski Le Valinouët, selon sa présidente Cindy Lalancette. Avec 43 jeunes déjà inscrits, cette dernière se réjouit de constater que la baisse anticipée du nombre de skieurs, en raison des dernières saisons troublées par la pandémie, ne se soit pas réalisée.

« Avec la formule de l’année dernière, c’est très difficile pour les jeunes de socialiser et d’avoir du plaisir en équipe. Ils ne savent pas trop s’ils aiment ça. Le retour à la normale va faire le plus grand bien à nos athlètes », a déclaré la présidente du club. Selon cette dernière, aucun abandon n’avait été attribué aux mesures sanitaires en 2021, qui avaient obligé la formation de plus petits groupes de descente.

« L’an passé, en date du 1er décembre, j’avais 50 inscrits. Cette année, on est à la fin octobre, on a 43 inscrits. Ça veut dire qu’on joue dans les mêmes chiffres qu’à l’habitude », a ajouté Cindy Lalancette.

Les mesures sanitaires imposées la saison dernière avaient empêché les parents d’assister aux compétitions de leurs enfants. Le retrait de celles-ci permettra donc à certains de voir leur jeune faire la course sur skis pour la première fois. « C’est certain que pour nous c’était plate l’an passé. On est bien content de ne plus regarder notre petite descendre la piste alors qu’on est assis dans notre auto », a commenté le père d’une skieuse de 9 ans, Jacob Tremblay.

Avec le retour des parents au pied des pentes, l’entraineur-chef du Club de ski Le Valinouët, Christian Simard, a tenu à rappeler l’importance de prioriser le plaisir à la compétition. « Ne soyez pas trop demandant avec vos jeunes. N’oubliez pas qu’il y a seulement trois médailles et qu’une quatrième place est un excellent résultat. Le quatrième meilleur compétiteur est un joueur de concession dans la Ligue nationale de hockey », a-t-il mentionné.

À propos de William Savard

Avatar photo
Que ce soit en débattant, en se laissant guider par sa plume ou bien en développant un non verbal presque exagéré, William Savard a toujours eu un faible pour les communications. Ce bon vivant adore également être entouré des autres afin d’échanger et d’approfondir ses connaissances. Passionné par le football américain, ce natif du Saguenay détient toutefois une foule de connaissances générales dans plusieurs domaines. Passant de la littérature à la politique sans oublier l’actualité générale. Sa soif d’apprendre a fait de lui un jeune homme dévoué et prêt à faire partie d’une nouvelle génération de journalistes aguerris. Ayant passé son dernier été comme journaliste pour Le Quotidien, William est plus que jamais entêté à continuer de vulgariser l’information et à la rendre disponible à la population. Si l’expression existait, on pourrait dire que William est prêt à faire son entrée dans le monde du journalisme avec le crayon entre les dents !

À voir aussi

Curling : Une histoire de famille pour les Fortin-Lafrance

L’équipe Québec au curling M18 des prochains Jeux du Canada sort de l’ordinaire. Deux duos …