Engouement pour la maison du Père-Noël à Jonquière

La famille de Marie-Myriam Vermette a visité la maison du Père-Noël l’an dernier. (Photo Jasmine Jacques)

La populaire maison du Père-Noël située sur la rue Panet à Jonquière revient pour une deuxième année consécutive. Les investigateurs, Janice Pilote et Éric Gariépy, ont déjà commencé à décorer leur terrain en début novembre.

Ce projet a été mis en branle l’an dernier. Le concept est simple, la boîte aux lettres du Père-Noël se trouve devant la maison et les enfants comme les plus grands y déposent une lettre. Ensuite, elle est lue et répondue avec un message personnalisé.

« On ne pensait pas avoir autant de popularité. On s’attendait à recevoir une centaine de lettres, mais finalement on en a reçu 1000 l’année passée. Ce n’était pas seulement des enfants de Jonquière qui nous écrivaient. De Chicoutimi, de Mashteuiatsh, de Québec. Il y a même des écoles anglophones qui nous ont contactés […] Nous avons reçu des lettres provenant d’adultes. Ils parlent de leurs problèmes et on essaie de leur remonter le moral parce que ce n’est pas tout le monde qui trouve ça facile le temps des Fêtes. », a expliqué Janice Pilote.

Étant la seule maison du Père-Noël à Jonquière, les investigateurs ont constaté que les enfants adorent le concept. Les véhicules faisaient la file deux, voire trois maisons plus loin pour venir déposer leur lettre le soir.

« L’an passé, c’était la première fois que je voyais un projet divertissant pour les enfants d’une aussi grande envergure à Jonquière. J’étais super contente de savoir que c’était dans mon quartier », a expliqué avec fierté la mère de famille, Marie-Myriam Vermette.

Les investigateurs s’attendent à recevoir le double de lettres cette année.

Entraide

Une compagnie a donné plus de 500 timbres pour les encourager dans leur projet l’an dernier. Une douzaine de personnes ont offert leur aide aux propriétaires pour répondre aux lettres cette année. Il y a notamment un Père-Noël, une fée et un lutin qui seront présents à l’une des soirées Feu et chocolat chaud qui sera organisé ponctuellement d’ici Noël.

« On est chanceux d’avoir un coup de main. Les gens sont généreux », a souligné Éric Gariépy.

À propos de Jasmine Jacques

Avatar photo
Jasmine arrive directement du nord du fameux Lac-Saint-Jean pour étudier en Art et technologie des médias au Cégep de Jonquière. C’est à cet endroit qu’elle apprend actuellement les rouages de ce grand métier qu’est le journalisme. Originaire de Dolbeau-Mistassini, elle a eu un parcours scolaire plutôt normal, mais ce qu’elle retient surtout de ses années à l’école ce sont les cours de français. Jasmine adore écrire et c’est sans aucun doute l'une de ses plus grandes passions. C’est ce qu’il l’a amené à s’essayer en journalisme. Un métier qui a pour but de pratiquer l’écriture de manière quotidienne quoi de mieux pour une grande passionnée de la langue de Molière comme Jasmine. Elle n’a aucune difficulté à créer rapidement des relations de confiance avec les personnes qu’elles côtoient. C’est un atout assez important dans le monde des médias quand elle rencontre une source ou une personne à interviewer. Même si Jasmine est encore indécise concernant son avenir, une chose est sûr, elle fera de l’écriture son métier.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …