Un référendum attend les membres de la communauté de Mashteuiatsh

194
0
Partagez :

La communauté innue Mashteuiatsh tente présentement par tous les moyens d’adopter une constitution qui consiste à faire passer leurs lois et à avoir la souveraineté de la nation. Un référendum aura lieu dans les prochains mois pour savoir si la constitution sera acceptée ou non par les gens de la communauté.

 

Plusieurs personnes étaient réunies à l’hôtel Le Montagnais pour une rencontre sur l’adoption d’une constitution pour la communauté de Mashteuiatsh.
(Photo : courtoisie)

Une vingtaine de personnes étaient sur place à l’hôtel Le Montagnais, dimanche, pour assister à une rencontre présentant les détails de l’adoption de la constitution de Mashteuiatsh.

Pour la vice-cheffe des relations extérieures, Guylaine Simard, la constitution est le bouclier pour leur permettre de se protéger en tant que nation innue. Le vice-chef aux affaires communautaires et à la région, Patrick Courtois, a renchéri en affirmant que c’était une nécessité. « C’est vraiment un besoin, c’est quelque chose qu’on a essayé à plusieurs reprises. On a eu une démarche constitutionnelle en 2005 qui a été tablettée. L’idée d’avoir une constitution s’est fait à quelques reprises, mais on n’a jamais réussi à aller jusqu’au bout », affirme -t-il.

 

L’heure au vote

Pour permettre l’adoption de la constitution au niveau fédéral, un référendum aura lieu pour les membres de la communauté, les Pekuakamiulnuatsh. C’est 35 % des voix qui devront être en accord pour permettre à celle-ci d’être adoptée.

Mme Simard compte d’ailleurs utiliser toutes les manières possibles pour inviter le monde à voter. Que ce soit par courrier, courriel ou bien par téléphone, ce dernier raconte que tout sera fait pour atteindre le 35 % des voix exigés. Il y a environ 9 000 personnes membres, dont 25% sont des résidents de Mashteuiatsh et le reste des personnes sont des non-résidents.

 

Éléments de la constitution

Cette constitution comporte plusieurs aspects de la société innue comme la protection de la langue, la souveraineté de la nation, la citoyenneté, etc. « Les deux éléments qui reflètent une Première Nation sont le territoire et la langue, donc c’est important de s’y mettre », admet Mme Simard, sur le fait de protéger la langue officielle de la communauté, le Nelueun.

Commentaires positifs

Selon M. Courtois, la constitution est perçue favorablement par les gens. « La plupart des commentaires sont positifs, on a pratiquement que des bons commentaires », lance-t-il. Pour celui-ci, il veut s’assurer que tout le monde soit dans le projet, car quelques-uns trouvent le projet énorme et il veut unir tous les membres pour s’assurer d’une réussite.

 

 

Partagez :
Avatar photo