Seconde main et réduction : les solutions pour lutter contre l’inflation sur les équipements sportifs ?

296
0
Partagez :

Le coffre aux sports est accessible à tous et propose des équipements pour diverses activités. (Photo: Esther Dabert)

Les équipements sportifs n’échappent pas à la tendance inflationniste. Au hockey, au soccer ou encore au baseball, le coût des tenues ne cesse d’augmenter. Des sommes difficiles à supporter pour les familles. À défaut de ne plus inscrire leurs enfants, les parents se tournent plutôt vers de nouveaux modes de consommation.

« Maintenant une tenue entière de hockey ça peut aller jusqu’à 1000$ donc les parents ne peuvent plus tout acheter. » Depuis plusieurs mois, la présidente du coffre aux sports de Saguenay, Josée Fortier, voit défiler les nouveaux bénéficiaires au sein de son organisme. Des parents, souvent en difficulté, venus se procurer gratuitement un accessoire sportif pour leur enfant. « On a de tout mais même si on est dépendant des dons, on essaye de se concentrer sur les sports où l’équipement est cher », précise la bénévole.

Le travail des bénévoles du coffre aux sports est également de trier les dons, de les désinfecter et de les réparer. (Photo: Esther Dabert)

Depuis la pandémie, de plus en plus de familles se tournent vers les objets de seconde main dans l’espoir d’économiser quelques dollars. « Les gens qui viennent la première fois ne savent pas s’ils peuvent se servir. Ils nous demandent “c’est gratuit ? On a le droit de prendre ce qu’on veut ?», raconte la présidente, amusée. Un sourire qui cache pourtant une réalité. « Il y a de plus en plus de monde parce que tout a augmenté. Les coûts d’inscription dans les clubs sont en hausse et c’est pareil pour les équipements.”

Les rabais ont aussi le vent en poupe

Raphaëlle Desbiens est conseillère à la vente et cheffe d’équipe dans deux  commerces de Jonquière spécialisés dans le sport. Son constat est sans appel : « Pour l’instant on a dû vendre 1 manteau plein tarif contre 10 en liquidation, relate-t-elle. Les réductions ont toujours attiré les gens mais depuis la pandémie on a une augmentation très forte de la demande dans notre magasin Chlorophylle spécialisé dans les liquidations. » Selon la vendeuse, la rentrée scolaire contraint également les familles à des dépenses souvent onéreuses. « Les parents viennent avec leurs 1, 2 ou 3 enfants donc ils insistent sur des chaussures de sport pas chères. » Des dépenses qui plus est annuelles. “Les enfants grandissent vite donc il faut changer régulièrement d’équipement”, complète Josée Fortier.

Comme le coffre aux sports, le magasin Chlorophylle propose aux clients de donner leurs vieux manteaux pour les redistribuer à des personnes dans le besoin. Un concept de don encore à généraliser mais déjà devenu indispensable pour beaucoup.

Partagez :