Démolition d’un bloc d’appartements: des locataires réagissent fortement

121
0
Partagez :

Photo de courtoisie  

Une centaine d’étudiants ont participé à un «événement de démolition» en réaction à une relocalisation forcée, à 24 heures d’avis. Le nouveau propriétaire du 3799 rue de La Fabrique à Jonquière souhaitait démolir le bâtiment dans les semaines à venir, ce qui a fait fortement réagir les locataires de l’un des logements.

Le bloc d’appartements était occupé par dix locataires qui ont tous été surpris de recevoir un appel dans la journée du 12 mars dernier. « Mon propriétaire m’a appelé pour me dire qu’il avait vendu le bloc. Il m’a aussi expliqué que le nouveau propriétaire voulait détruire le bâtiment au complet pour y construire de nouveaux appartements, mais que tout ça allait commencer vers la fin mars ou début avril », précise l’un des locataires qui habite l’établissement adjacent au pavillon ATM du Cégep de Jonquière. 

Toutefois, moins de 48 heures après, le jeudi 14 mars, le téléphone sonne de nouveau, mais cette fois-ci c’est le nouveau propriétaire qui appelle. « Mon téléphone sonne et c’est mon nouveau propriétaire qui est vraiment enthousiaste en m’annonçant que demain matin je dois déménager dans un nouveau bâtiment tout neuf sur la rue Panet, qu’il va nous aider pour que ça se passe plus vite, que je n’ai pas à me stresser. Alors que pourtant, avec l’incompréhension, j’avais que ça du stress », précise ensuite une autre locataire.  

La ville de Saguenay a précisé qu’un permis de démolition totale du bâtiment principal de l’établissement a été émis durant le mois de mars. 

Quant au nouveau propriétaire, Marc-André Pedneault, il n’a émis aucun commentaire concernant cette version des faits lorsqu’il a été interrogé par La Pige. 

 À noter que la Régie du logement considère cet acte comme illégal puisque « si l’évacuation du logement demandée par le locateur est nécessaire et qu’elle doit durer plus d’une semaine, l’avis doit être donné au moins 3 mois avant l’évacuation. » Dans le cas du 3799 rue de la Fabrique, les six locataires interrogés ont mentionné qu’ils ont été appelés 24 heures avant le déménagement qui a finalement eu lieu durant les journées du vendredi, du samedi et du dimanche. 

Un grabuge en réponse 

 L’appartement est composé de 3 étages. Celui du haut a été pris d’assaut par une centaine d’étudiants du Cégep de Jonquière à la suite d’une annonce sur Facebook, intitulée : DÉMOLITION. « Quand je suis rentrée à mon appartement vers 3 heures du matin, j’ai vu qu’à l’extérieur il y avait plein de canettes de bière, des morceaux de mur arrachés, une télévision, une porte, des morceaux de verre. J’avais vraiment peur pour ma voiture aussi qui est garée juste à côté. Je paniquais et je n’ai pas dormi de la nuit », mentionne l’une des locataires du bas avisée par de nombreuses stories partagées par des étudiants sur les réseaux sociaux. 

 En réponse à cela, Marc-André Pedneault a mentionné à La Pige qu’une entente a été conclue entre lui et les concernés. « On s’est parlé et maintenant, les jeunes sont dans de beaux appartements neufs et tout le monde est heureux », a-t-il précisé avec insistance alors que certains des locataires eux ont précisé qu’ils n’étaient pas du même avis. « On était coincé là-dedans. On n’avait pas d’autres options que de dire oui. On a acheté la paix. », a précisé l’un des locataires. 

En date du 18 mars, tous les locataires ont été relocalisés dans un autre établissement sur la rue Panet et plus personne n’habite le bâtiment, laissant ainsi le champ libre à la démolition du 3799 rue de la Fabrique dans les prochaines semaines. 

Partagez :