Piscines : les utilisateurs exigent des changements

233
0
Partagez :

Manque de bassins, difficultés de recrutement de sauveteurs, installations désuètes, accès restreint: la situation des piscines à Saguenay est largement dénoncée. Pour les utilisateurs, la seule solution est l’ouverture d’un nouveau complexe aquatique sur le territoire.

 Sur le groupe Facebook, Pour un centre d’activités aquatiques à Saguenay, plus de 300 membres dénoncent la problématique.« La situation se détériore. Il n’y a pas d’équipement adéquat. On a juste la piscine du Cégep de Chicoutimi pour les bains libres, la Ville a fermé les autres. Une piscine désuète, vieillissante avec un équipement qui date. Je lui donne deux ans de vie utile. C’est là qu’on a su qu’il fallait absolument un complexe aquatique à Saguenay », insiste le responsable du groupe Facebook, Jean-Pierre Girard.

Depuis plusieurs mois, les nageurs à Saguenay travaillent ardemment pour offrir aux citoyens un complexe aquatique, qui ne pourrait qu’être bénéfique pour la population générale. « Partout on se rend compte de l’importance d’avoir des bassins d’eau pour nager, de nouveaux complexes voient le jour. Pourquoi nous on ne pourrait pas ? C’est important d’avoir de tels équipements pour la population autant vieillissante que jeune. Ce n’est pas une dépense, c’est un investissement pour la santé. Ce n’est pas cher et c’est un sport à la portée de tous : du berceau au tombeau », précise M. Girard.

 La situation sanitaire se dégrade 

 Le comité de nageurs  met de la pression sur les conseillers municipaux pour avoir une véritable politique d’accès à la piscine. « Les gens rentrent avec leurs chaussures proches de la piscine. Les douches ne sont pas fonctionnelles. La piscine a 70 ans, le système d’aération n’est pas super fonctionnel. C’est un milieu clos, on doit avoir une ventilation adéquate pour les nageurs et les sauveteurs. Ils ont de la difficulté à l’entretenir », mentionne un membre du groupe Facebook, Emmanuel Colomb.

Les membres ont des demandes bien claires envers la Ville de Saguenay, mais le retour d’appels n’est pas facile. « On veut que Saguenay améliore l’offre aquatique, offre plus de bains libres à la population qui en a grandement besoin. Il y a une demande évidente à Saguenay, la Ville ne répond pas à nos besoins », insiste le responsable du groupe, Jean-Pierre Girard.

Le problème chez les jeunes sauveteurs

 La réduction de l’âge pour recevoir le brevet de sauveteur est un autre problème, selon un membre de l’association et moniteur en sauvetage, Yan Tremblay-Côté. « Le fait que ça soit des étudiants qui sont sauveteur  fait en sorte qu’il y a une instabilité. Plus ils sont jeunes, moins ils sont responsables. On confie la vie d’enfants et d’adultes à des jeunes de 12-13 ans, il y a un certain danger. Est-ce que les jeunes ont la capacité physique de sauver un homme de 300 lb qui se noie ? », questionne  M. Tremblay-Côté. Selon le moniteur, les sauveteurs sont trop jeunes pour avoir une si grande responsabilité sur les épaules.

 Leur solution pour augmenter la main-d’œuvre serait de demander aux sauveteurs retraités de revenir à la tâche. Ceux-ci auraient une meilleure compréhension du milieu, mais le montant reste beaucoup trop cher pour se requalifier, soit entre 700 et 800 dollars pour une seule fois.

 

 

Partagez :
Avatar photo