dimanche , 17 janvier 2021

En attendant le beau temps | Le pur délire des Denis Drolet

Les Denis Drolet seront de passage au théâtre Banque Nationale de Chicoutimi le 22 février pour présenter leur tout nouveau spectacle En attendant le beau temps. Les deux colorés personnages fouleront les planches avec une œuvre des plus déjantées.

«C’est un peu le premier spectacle rêvé que nous n’avons pas pu faire en début de carrière, faute de visibilité, confie le Denis à palettes, Vincent Léonard. C’est vraiment une offrande à ceux qui nous suivent depuis longtemps.»

Les membres du dynamique duo brun affirment qu’ils se sont fait plaisir avec ce spectacle. On retrouve les personnages qu’ils ont bâtis au cours de leurs 18 ans de carrière dans leur plus pure essence. «Autant notre dernier show, Comme du monde, était orienté pour rejoindre le public, autant dans celui-ci on s’est vraiment éclatés dans l’absurde et dans l’humour cartoonesque», de dire l’humoriste à la dentition proéminente.

Chansons et grivoiseries

 Lorsqu’il est question du contenu d’En attendant le beau temps, les deux gaillards n’ont pas voulu se fixer de limitations de contenu. «Après la vague des scandales d’inconduites sexuelles et des #Moiaussi, on s’est un peu questionnés à savoir si on devrait faire des changements, raconte M. Léonard. On s’est dit qu’avec Denis Barbu, on pouvait aller là, parce que le personnage a tellement aucun bon sens qu’il peut dire n’importe quoi sans aucun problème.»

Selon l’artiste, l’humour est très grinçant dans ce nouvel opus des Denis Drolet. Il y est question de sujets plus difficiles comme la mort, la schizophrénie et la maladie mentale.

D’un autre côté, des thèmes complètement ancrés dans l’absurde sont traités, comme par exemple dans le numéro intitulé La maladie mentale de Serge l’ours polaire bipolaire qui couche pas avec ses chums quand y’é s’a brosse.

La musique est également mise de l’avant dans le spectacle que les joyeux lurons livreront au public saguenéen. «On a vraiment intégré plusieurs numéros musicaux, tantôt softs, tantôt très grivois. La musique aide à ajouter de la légèreté à notre univers très chargé», conclut le sympathique humoriste aux cheveux longs.

À propos de Vincent Desbiens

Originaire de la métropole cosmopolite de 1459 habitants qu’est Larouche, Vincent Desbiens est un jeune homme passionné par le sport, l’écriture et le journalisme. Il adore être sous les feux des projecteurs d’un studio télé, devant un micro à la radio ou dans l’action à couvrir quelconque événement sportif ou culturel. Il se sent bien lorsqu’il passe du bon temps entre amis à pratiquer le dek hockey, son sport préféré. En grand amateur de statistiques et de rumeurs de transaction, il se fait un (trop selon certains) malin plaisir à discuter d’informations sportives loufoques. Vincent s’est découvert une passion pour la communication au cours de son parcours au secondaire en Arts et métiers de la scène, en répétant les grimaces et les cabrioles absurdes devant les spectateurs massés dans l’auditorium de la polyvalente Jonquière. Seul l’avenir dira comment Vincent départagera ses passions pour en faire un métier, tout ce qu’il sait, c’est qu’il veut écrire pour informer ou pour faire rire.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …