Un Saguenéen récompensé aux Oscars

Le studio montréalais Framestore s’est vu remettre l’Oscar des meilleurs effets visuels pour le film Blade Runner 2049 lors du dernier gala qui s’est tenu à Los Angeles le 4 mars dernier. Un des membres de l’équipe, le Saguenéen Pierre-Alexandre Vallée, est très fier du travail accompli qui a mené au prestigieux prix.

Le diplômé en Art et technologie des médias (A TM) de 1998 a mentionné que le travail qui a mené à l’Oscar des meilleurs effets visuels en est un d’équipe. «Il n’y a pas juste moi qui ait travaillé sur le film, beaucoup de gens ont contribué et c’est ce qui a donné le résultat final. C’est vraiment un Oscar d’équipe même si un seul nom se retrouve sur le trophée», explique le directeur des services et support chez Framestore.

L’aventure de Pierre- Alexandre Vallée chez Framestore a débuté en octobre 2012 alors qu’il s’est rendu en Grande-Bretagne pour s’inspirer du studio londonien en vue d’implanter celui de Montréal.

«J’ai travaillé en Angleterre jusqu’en 2009, mais je suis revenu en région pour travailler au Cégep de Jonquière, raconte Pierre-Alexandre Vallée. Comme c’est difficile de trouver un emploi dans mon domaine en région, je suis retourné à Montréal et c’est là que l’aventure Framestore a débuté.» Il a donc passé trois mois au pays de la Reine pour réussir à bâtir un studio qui allait pouvoir travailler sur de grosses productions comme Blade Runner 2049.

Au-delà de la statuette d’or

Gagner un Oscar pour le travail sur Blade Runner n’est cependant pas la plus grande fierté du natif de Chicoutimi. Avoir son nom sur le générique d’un film lui a fait vivre un moment spécial. «Je dirais que la première fois que j’ai vu mon nom sur un générique à la fin d’un film, ça m’a rendu assez fier, ça m’a donné des fris- sons, se rappelle M. Vallée. Je n’avais jamais compris l’ampleur que ça apporte, jamais en tant que cégépien j’avais eu cette ambition-là.»

Il espère que cet accomplissement chez Framestore Montréal donnera envie à de plus en plus de jeunes Québécois de se lancer dans le monde des effets spéciaux et des effets visuels.

À propos de William Tremblay

Passionné de sport depuis qu’il est né, William Tremblay a toujours voulu travailler dans le domaine des médias. Âgé de 19 ans, William n’a jamais fait douter son entourage quant à ses choix de carrière. Le Cégep de Jonquière était donc la place de prédilection pour ce jeune homme. Originaire de Varennes, William a plongé dans l’aventure jonquiéroise comme les Oréos plongent dans un verre de lait. Avec une mère qui a étudié elle aussi en ATM et qui travaille au Réseau Des Sports (RDS), il était évident que son choix s’arrêterait sur les sports et les médias. Fan des Canadiens et de l’Impact de Montréal, Willi Sport fait honneur à ce surnom. « Grand » joueur de hockey et de soccer, William ne rate jamais une occasion de parler sport et c’est pour ces raisons que son but est d’un jour se retrouver devant une caméra de RDS. Il adore aussi jouer des parties de NHL 17 avec ses amis mettant en vedette les équipes les plus loufoques. William repartira du royaume saguenéen avec des souvenirs mémorables vécus lors de ses trois années et des rencontres inoubliables.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …