mardi , 19 février 2019
Accueil / Sports & loisirs / Sports électroniques à l’École polyvalente Arvida | Un bilan positif de la première année
Sports électroniques à l’École polyvalente Arvida

Un bilan positif de la première année

Le programme Sports-Arts-Études en Sports électroniques de l’École polyvalente Arvida tire un bilan positif au terme de sa première année. Le programme a d’ailleurs accueilli un nouveau groupe d’étudiants, portant le nombre de jeunes inscrits de 15 à 26.

Puisqu’il s’agissait l’an passé d’un projet pilote, le programme n’était offert qu’aux étudiants de 3e à 5e secondaire. Cette année, les étudiants de première secondaire ont fait leur entrée au compte de 11 dans les locaux situés sous les bureaux de l’entreprise de solutions informatiques INSO, où le cofondateur du programme en Sports électroniques Frédéric Michaud travaille. «C’est avec eux qu’on va bâtir le programme. Si dans cinq ans on a 11 ou 12 nouvelles inscriptions par année, on va voir une soixantaine de jeunes au total», mentionne M. Michaud.

La nouvelle routine du Sports-Études n’a pas été facile pour tous. Certains ont eu du mal à s’adapter. «Ce n’était pas évident pour tout le monde puisqu’ils n’avaient plus le même nombre d’heures de cours. L’acclimatation n’a pas été simple pour certains, on a commencé l’année à 18 élèves et on a terminé à 15. Trois ont dû être retirés du programme en raison de leurs résultats scolaires», indique Frédéric Michaud.

Malgré une première année réussie, quelques changements dans l’objectif du cours ont été apportés. «On veut garder un fil conducteur qui est plus proche du E-sports. Au niveau académique, ce n’est pas seulement de parler d’informatique, mais de tisser des liens forts avec le E-sports, comprendre les mécaniques et les types de jeux», déclare M. Michaud. Il a d’ailleurs organisé un tournoi l’an passé, à lequel des équipes de Sorel-Tracy, du programme parascolaire de sports électroniques, sont venus participer. Cet évènement a également aidé à l’organisation d’un tournoi. «Cette année, on a appris comment monter un évènement, quel genre de choses ça prend, quel matériel, quel logiciel et tout ça», ajoute M. Michaud.

À propos de Janick Emond

Originaire du petit village de Larouche à mi-chemin entre le Saguenay et le Lac-Saint-Jean, Janick Émond est passionné par la technologie, les sports et l’humour. Depuis qu’il est tout petit, il aime s’asseoir devant la télé pour écouter une bonne partie de hockey, un bon spectacle d’humour ou des émissions à caractère techno comme Planète Techno ou feu M.Net. C’est lors de son parcours dans le programme d’Arts et métiers de la scène (AMS) à la Polyvalente Jonquière qu’il a découvert une passion pour l’écriture et la communication. Voulant combiner ses passions, il fait son entrée en ATM à l’âge de 18 ans, après deux années de réflexions sur son avenir académique. Janick a le souhait de pouvoir continuer de vivre en mélangeant ses passions tout au long de sa carrière. Qui sait où tout ça le mènera!

À voir aussi

Arbitre dans la LHJMQ | Jean-Sébastien Cloutier fait sa marque

Jean-Sébastien Cloutier a fait ce que personne n’a été capable de faire dans les 14 …