Statistiques sur les emprunts dans les bibliothèques | La région compte des lecteurs assidus

En moyenne, un résident du Saguenay–Lac-Saint-Jean emprunte, chaque année, 5,3 livres dans une bibliothèque publique de la région. C’est l’équivalent d’un à deux livres de plus que le nombre observé dans d’autres régions éloignées de la province.

C’est ce que révèlent les données tirées du Paronama des régions, récemment publié par l’Institut de la statistique du Québec. Les résulats traitent des années 2011 à 2015. «Notre objectif est atteint avec ces statistiques-là. On a fait un travail actif durant les dernières années autant du côté numérique que du papier. On essaie activement de rejoindre l’ensemble de la population», a témoigné le conseiller municipal de Saguenay, Jonathan Tremblay. Il explique aussi l’importance de répondre aux besoins et aux demandes de la population.

Selon cette étude, près de 100 % de la population aurait accès à une bibliothèque publique dans la région. Ces statistiques pourraient être expliquées par la présence du Réseau biblio.

Ce regroupement national, permet aux municipalités comptant moins de 5000 habitants de pouvoir avoir à une bibliothèque. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte 51 établissements desservis par ce Réseau.

«Habituellement, des données tournant autour de 5.5 démontrent un bel intérêt de la population envers la lecture. Les chiffres sont donc très intéressants», explique la directrice générale du Réseau biblio du Saguenay-Lac-SaintJean, Sophie Bolduc.

Au Québec, il existe trois grands types de bibliothèques. Sur les 828 établissements, 172 sont considérés comme des bibliothèques autonomes, 655 sont affiliées à un Réseau biblio régionale et il y a la Grande Bibliothèque administrée par BANQ.

La Semaine des bibliothèques publiques se déroulera du 21 au 28 octobre prochain. L’évènement en est à sa 19e édition. Le thème de cette année : Ma biblio, un monde à raconter !

À propos de Alexandra Morin

Curieuse dans l’âme, Alexandra adore savoir le fond de l’histoire. Le journalisme est pour elle, une façon de faire sa petite enquête. Originaire de Donnacona, elle n’a qu’un rêve, découvrir. Passionnée de musique, elle adore connaitre de nouveaux talents d’ici. La musique francophone est pour Alexandra, une partie importante de la culture québécoise. Aujourd’hui à l’âge de 19 ans, elle regarde derrière elle et est fière du chemin parcouru. La petite fille timide et réservée de l’époque a grandi et s’est épanouie. À l’époque, le sport, l’animation d’évènement et le travail avec des jeunes polyhandicapés lui on permit d’évoluer. Toujours prête à relever de nouveaux défis, Alexandra trouvera toujours la façon de se dépasser. La troisième année du programme signifie pour elle le début d’une nouvelle aventure.

À voir aussi

D’où ça vient ça, l’expression là là ?

Les Bleuets du Saguenay–Lac-Saint-Jean se font reconnaître presque immédiatement lorsqu’ils sortent de leur région, grâce …