Zoom Photo Festival Saguenay | Des photos qui touchent

Le photographe Chris Donovan, exposé au Cégep de Jonquière.

La 10e édition du Zoom Photo Festival a débuté mercredi après-midi au Saguenay. Ce sont les œuvres d’une trentaine de photographes d’un peu partout dans le monde qui seront exposées dans différents endroits jusqu’au 11 novembre.

  «Pour l’organisation, c’est un énorme travail de recherches. On prend beaucoup de sujets à l’international pour préparer une bonne programmation», mentionne l’administrateur de Zoom Photo Festival Saguenay, Max-Antoine Guérin.

Zoom est un lieu incontournable pour les artisans de l’image, proposant plusieurs expositions, mais également des conférences et des ateliers.  «Il y a beaucoup de travail de communication à faire en amont et beaucoup de relations à créer avec les différentes écoles de photographies, car on essaie vraiment d’être un événement rassembleur», mentionne M. Guérin.

Les expositions traitent principalement des atrocités vécues dans le monde, mais également d’événements plus joyeux. «La photographie est nécessaire dans le climat politique. Il est important d’avoir des témoignages et d’être témoin des choses qui arrivent. Pour moi, il est primordial de changer les stéréotypes», souligne un des photographes qui sera en conférence ce vendredi, Chris Donovan.

Ses photographies de Patricia Garnett, surnommée «the doll lady», sont présentement exposées à la bibliothèque du Cégep de Jonquière. Sa série la plus bouleversante parle d’une femme de 45 ans, qui, lorsqu’elle était adolescente, a été agressée sexuellement par son père. Elle a donné naissance à un garçon, qu’elle a donné en adoption et qu’elle n’a jamais connu. Par la suite, elle a développé une passion pour les poupées, qu’elle trimballe partout avec elle, comme si c’était son propre enfant.

Le Cégep de Jonquière accueille, pendant le festival, l’Association des Photographes de Presse du Canada. La soirée d’ouverture officielle a lieu jeudi soir, à La Pulperie de Chicoutimi, dès 17h.

À propos de Josée-Ann Jomphe

« Il n'est jamais trop tard pour réaliser ses rêves », affirme Josée-Ann. De retour sur les bancs d'école à 29 ans, la jeune femme réalise son rêve de petite fille en devenant maintenant journaliste. Déterminée, confiante et armée d'une joie de vivre inébranlable, elle est prête à prendre et à faire sa place dans le milieu. Maintenant dans la trentaine, ses passions sont bien assumées. La Jonquiéroise désire voyager, écrire, faire de la télé et surtout, continuer de travailler avec le public. Ces 15 dernières années dans le service à la clientèle ont éveillé sa curiosité sans cesse grandissante. Elle souhaite dorénavant toujours en apprendre davantage sur les gens, les endroits et leurs histoires. Josée-Ann est une bourreau de travail et elle est prête à tout pour gravir les échelons afin de devenir une journaliste réputée.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …