mercredi , 13 novembre 2019
Accueil / Actualités / Influenza | Efficacité du vaccin à confirmer
Influenza

Efficacité du vaccin à confirmer

La campagne de vaccination bat son plein depuis le 5 novembre dans la région.

Alors que la campagne de vaccination contre la grippe bat son plein au Saguenay–Lac-Saint-Jean, les professionnels de la santé ne savent pas encore si le vaccin va être plus efficace que l’année passée.

Pour obtenir cette information, ils doivent attendre à la première mutation de l’influenza pour faire l’analyse du vaccin. Selon les informations recueillies par le journaliste de RadioCanada, Frédéric Arnould, en février dernier, le vaccin n’aurait été efficace qu’à 30 %. «Ce qui complique les choses, c’est qu’il y a trois différentes souches du virus de l’influenza qui circulent en même temps au Canada», peut-on lire dans l’amorce de son reportage.

Il est important de considérer que le vaccin n’est pas une obligation, mais comme l’indique la conseillère à la Direction de santé publique au CIUSSS, Annick Pilote, «il faut le voir comme une ceinture de sécurité pour les personnes vulnérables à contracter le virus».

La santé publique espère aller chercher près de 80 % de la clientèle ciblée, soit les enfants de 6 à 23 mois, les personnes âgées de 60 ans et plus, les femmes enceintes rendues à leur 2e et 3e trimestres de grossesses ainsi que les individus atteints de certaines maladies chroniques. «En ce moment, il est difficile de savoir le taux de vaccination puisque la campagne de vaccination devrait se terminer dans le temps des Fêtes», a précisé Mme Pilote.

Rappelons qu’au cours des dernières semaines, le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé qu’à compter de l’an prochain, les enfants de 6 à 23 mois et les personnes âgées de 60 à 74 ans qui sont en bonne santé vont se voir retirer de la liste des individus ciblés dans la campagne.0

À propos de Amélyse Morel

Native de Val-d’Or, en Abitibi, Amélyse Morel est une personne qui adore les défis. Après plusieurs rencontres enrichissantes dans le monde médiatique, elle s’inscrit en Art et technologie des médias en journalisme. Passionnée par les sports depuis son tout jeune âge, ceinture noire en karaté, elle tente de percer le monde du journaliste sportif. Depuis 2012, Amélyse s’est découvert une grande passion pour la photographie d’événements. C’est à compter de ce moment qu’elle prend des contrats photo principalement des athlètes. Plus tard, elle se voit responsable du contenu médiatique pour une équipe sportive ou encore démarrer un projet auquel elle songe depuis un bon moment. Son plus grand rêve serait probablement de faire le tour de tous les arénas de la Ligue nationale de hockey.

À voir aussi

Mme Miville-Dechêne devant les étudiants en ATM

«Être à Ottawa, ça renforce notre nationalisme» – Julie Miville-Dechêne

La sénatrice Julie Miville-Dechêne constate que le bilinguisme à Ottawa repose essentiellement sur les francophones. …