Les fausses nouvelles retiennent l’attention

225
0
Partagez :

Le congrès annuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec se déroule jusqu’à dimanche, à l’hôtel Delta de Sherbrooke. Plusieurs sujets qui touchent le monde des médias y seront abordés, dont les fausses nouvelles et l’avenir des journaux papier, des préoccupations importantes selon le président de la FPJQ régionale, Michel Gaudreau.

Michel Gaudreau, journaliste à Radio-Canada Saguenay, est satisfait de voir que le sujet des fausses nouvelles sera abordé au congrès. «Dans la région, nous avons été chanceux, il n’y en a pas tant, mais le problème reste.»

Une fausse nouvelle commence souvent sur les réseaux sociaux. «N’importe qui peut écrire n’importe quoi là-dessus. Il faut en prendre et en laisser, et surtout contre-vérifier les informations qui nous parviennent, explique-t-il. Les médias dits traditionnels ont beaucoup à perdre en crédibilité. Il faut éviter les raccourcis et faire attention à ce qu’on publie.»
L’avenir des journaux papier sera aussi sujet à discussion. C’est un enjeu important pour la région, surtout avec la fermeture de plusieurs journaux hebdomadaires. Le journaliste est convaincu que le papier est destiné à mourir. «La transition reste à faire. L’industrie a commencé, mais c’est une adaptation.» Il explique que le métier de journaliste restera plus ou moins le même. «La recherche d’informations et le petit plus que nous apportons à nos nouvelles est toujours en demande.»

Nouveau conseil

Par ailleurs, la FPJQ Saguenay a déjà eu des problèmes de relations avec l’administration municipale sous la gouverne de Jean Tremblay. En 2011, toutes leurs revendications avaient été réunies dans un dossier noir. M. Gaudreau espère donc, aux noms de tous les journalistes représentés par la  FPJQ au Saguenay, que l’administration Néron soit plus transparente que la précédente. «Avec Jean Tremblay, il fallait toujours utiliser la loi d’accès à l’information, ça occasionnait des délais ingérables.»

Il demande aussi à ce que les ordres du jour des comités exécutifs de la Ville soient fournis aux médias. «Elle a promis plus de transparence en campagne, donc on espère l’avoir», conclut-il. Notons que la nouvelle mairesse à déjà fait un pas dans cette direction en mettant fin à l’omerta qui interdisant aux fonctionnaires de répondre aux questions des journalistes.

Partagez :