mercredi , 5 octobre 2022

Technologie de l’information et communication | Des emplois de plus en plus convoités

Si certaines entreprises peinent à recruter des employés, d’autres ne craignent pas le manque de main-d’œuvre. C’est le cas d’Ubisoft et de l’agence de communications TACT, qui s’implantent à Saguenay.

En septembre dernier, le géant mondial du jeu vidéo Ubisoft a annoncé l’ouverture d’un cinquième studio canadien à Saguenay pour 2018. Près d’un mois après cette annonce, la firme de communications et de marketing TACT, déjà établie à Ottawa, Montréal et Québec, a annoncé son implantation dans la 10e plus grande ville du Québec.

D’ici cinq ans, Ubisoft comptera 125 employés à Saguenay. Le directeur Jimmy Boulianne affirme avoir reçu environ 1000 curriculum vitae provenant en majeure partie de la région. «Aussitôt que le cœur de l’entreprise sera établi, on va travailler avec le Cégep de Jonquière qui offre le programme Intégration multimédia et avec l’Université du Québec à Chicoutimi pour le BAC en conception de jeux vidéos», souligne-t-il.

«Le but est de recruter, mais également d’établir une collaboration concrète avec les départements informatiques, notamment par le biais de stages et de mentorat autant auprès des enseignants que des étudiants », poursuit M. Boulianne. Il rappelle qu’Ubisoft a lancé le programme CODEX en 2015, un investissement de 8 millions sur cinq ans en soutient à la persévérance scolaire et au développement de la relève technologique.

« Le taux de placement est élevé pour les élèves sortant d’un programme de nouvelles technologies, parce que l’on connaît actuellement une pénurie d’informaticiens au Québec», affirme le directeur de programme et professeur d’informatique-gestion à l’UQAC, François Lemieux. Il soutient que le domaine du jeu vidéo est davantage contingenté parce que le nom apparaît beaucoup plus « sexy » qu’informatique et gestion.

Question de personnalité

La directrice de l’entreprise canadienne TACT, spécialisée dans les relations publiques, le graphisme et la production vidéo, Stéphanie Desforges, avait déjà plusieurs clients à Saguenay et « avec la vague de frénésie engendrée par Ubisoft, [ils ont] décidé de s’implanter à Chicoutimi ».

Originaire de la région, Mme Desforges confirme que la filiale saguenéenne démarrera avec trois employés et qu’elle se développera au fur et à mesure avec la demande et les contrats. «On ne cherche pas seulement des gens compétents avec un bon réseau, il faut que la personnalité concorde avec celle de l’équipe et de sa vision», assure-t-elle.

Cette manière de procéder est la même pour Jimmy Boulianne, qui cherche des employés «talentueux et passionné».

À propos de William Larouche

Originaire de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, William Larouche rêve depuis ses 8 ans de déménager en ville. Montréal, Toronto ou New York, tant qu’il y a un métro et des magasins, il sait qu’il s’épanouira. Son accent régional très prononcé est toutefois inévitable. Ses passe-temps préférés ? Fêter et s’entraîner. Des activités bien différentes, mais qui l’aident à libérer son énergie. William demeure tout de même très sérieux à l’école ainsi que pendant ses heures de travail, sans changer pour autant. Fidèle à lui-même, il ne sort jamais de chez lui sans parfum. Un homme d’ambition, il espère avoir une brillante carrière dans le milieu des communications. Il est très attiré par les domaines de l’économie, de la politique et de la mode, mais ne veut pas se restreindre uniquement à ceux-ci.

À voir aussi

Défaite d’Émile Simard à Dubuc : un regard vers l’avenir

Malgré la défaite, le candidat du Parti québécois dans Dubuc Émile Simard a gardé le …