mercredi , 17 août 2022

Futur centre multisports à | La Commission scolaire De La Jonquière veut être partenaire

Le conseil des commissaires de la Commission scolaire De La Jonquière a manifesté son intérêt pour être l’un des partenaires de la Ville de Saguenay dans son éventuel projet de centre multisports (soccerdome) à Jonquière, un projet qui est évalué à 20 millions $.

«Je veux que le municipal et le scolaire travaillent ensemble. On a fait l’approche [auprès de la Ville] pour dire qu’on voulait travailler avec eux pour nos jeunes», a expliqué le président du conseil des commissaires au terme de la séance mensuelle de mardi, Éric Bergeron.

Le président devrait d’ail-leurs rencontrer la mairesse Josée Néron sous peu pour discuter du projet.

Le conseil municipal de Saguenay a déposé le mois dernier une demande d’aide fi nancière auprès du ministère de l’Éducation et de l’Enseigne-ment supérieur de 7,5 millions $ dans le cadre du programme de soutien aux installations récréa-tives et sportives.L’emplacement de ce centre multisports est toujours étudié par la Commission des sports et du plein air.

Climat de travail au CFP: pas de commentaires

D’autre part, Éric Bergeron n’a pas voulu commenter le dossier du Centre professionnel de Jonquière (CFP), cinq mois après que les commissaires, les représentants de la direction du CFP, la direction des ressources humaines et la direction géné-rale de la Commission scolaire De La Jonquière aient adopté un plan d’action pour contrer le climat de travail malsain qui régnait à l’intérieur de l’établisse-ment scolaire.

En novembre dernier, six professeurs du CFP ont rencontré TVA Nouvelles pour se plaindre qu’ils avaient subi du harcèle-ment psychologique et de l’intimi-dation sur une base quotidienne.«On n’est pas encore en mesure d’aller plus loin pour le moment», s’est contenté de dire M. Bergeron.

À propos de François Gionet

Cadet de la cohorte 2015-2018 en journalisme, François a grandi dans la magnifique banlieue ferroviaire de Charny sur la Rive-Sud de Québec. Véritable boute-en-train dès son plus jeune âge, François s’est attiré la foudre de plusieurs enseignants par son incapacité à se taire au bon moment, au bon endroit. François semblait donc déjà destiné à une carrière en communication. C’est lors de ses études secondaires au Juvénat-Notre-Dame que François s’intéresse au milieu des arts. Musique, théâtre, cinéma et littérature : ce jeune homme expérimente tous les domaines, tout en développant un intérêt pour l’écriture, intérêt qui le mènera d’ailleurs à écrire pour le journal étudiant de l’école durant deux ans. À l’extérieur des murs scolaires, François joue à la position de défenseur pour l’équipe de hockey de son quartier, avant d’accrocher ses patins – pour de bon – en 2015. Même s’il n’est pas certain de son avenir dans le milieu journalistique, François a la profonde conviction qu’il travaillera dans un domaine où il pourra « changer les choses pour le mieux », principe qui semble plus que nécessaire, aujourd’hui, en 2017.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …